Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 15:14
Mort! Pourquoi?

 

 

C’était un jour de bel été

Les yeux pleins de nouveautés

Partis vers le soleil du midi

Mais l’heure ne les a pas s voir

La plage du  doux  sable doré

 

Mort ! Pourquoi cet acharnement

Heureux, gais, sages étaient t’ils

Ils bouffaient la vie, bien serviles

Tu les as pris,  sans discernement

 

Il y a ceux  qui te demandent

Ces pauvres, de  fin de vie gênée

Par ce refus, de te prendre  reposés

Comme une bonté qu’ils quémandent

 

Tu rejettes ceux là , de leur désespoir

De cette vie qu’ils trouvent abjecte

Ils considèrent ,  ton comportement suspect

De ne vouloir,  les prendre à leur espoir

 

Mais ces autres  là, ils voulaient toute  la vie

Jouir, oui jouir,  de cette belle  envie

De se construire un bel avenir, un défi

Dans l’amour, de leurs proches ravis

 

Mais toi scélérate de la douce comédie

Dans l’instant  tu as surgit, fielleuse

Pour rapiner dans l’horreur désastreuse

Les âmes de notre jeunesse  asservie

 

Mort donne maintenant , le bon repos éternel

A ces âmes, dont le seul grand reproche

A été privation de bonheur , ô désir trop cruel

Ils ne sauront plus, ne verront pls

Que la vie était belle, si berllertous

 

Mort laisse leurs dire  à ceux qui les pleurent

Nous sommes partis, gardez nous dans vos cœurs

Profitez de votre vie, ne jouez pas avec la frayeur

-Pensez à nous pour vous éviter de grandes torpeurs.

☼ƑƇ

 

François.CRETEAU Creteau François - dans destin
commenter cet article
28 août 2016 7 28 /08 /août /2016 17:12
Vagabonde de l'amour

 

 

 

Que je fusse Vagabonde incontournable de l’amour

Que j’eusse couru goulûment  sur les cœurs

Assoiffée par la perfidie  des  tendres saveurs

De ces  liquoreux  des meilleurs  beaux jours

 

Qu’ils crussent  inlassablement  me lasser

Mais insensible  j’ai décapité sage et   sourde

Leurs tentatives de  plaintes  rampantes et  lourdes

Pour me défaire de leur étreinte et mieux me dissiper

 

De tous ces incommensurables beaux chemins croisés

Je ne retiendrai haletante  que la chaleur des corps

Qui hante ma pensée affolée au grand soir d’effort

Ceux  de ma triste solitude  où je suis paralysée

 

Ils pleurent, crient et  clament  mendiants m’aimer

Mais j’ai connu solitaire cette souffrance  du sang

Qui vous brûle ardemment les entrailles au dedans

Vous enlaidissent proche de la dernière nuit feutrée

 

Oui ! Je crache impertinente sur ma crédulité du passé

Vous ne pourrez plus sourire et  vous approcher  fier

De mon été somptueux  je ne vous laisse que l’enfer

De ces  hivers, hibernation de mon amour renfermé

 

Votre amour, quel amour ? N’a pas l’exploit du sentiment

Gardez  torturé  votre besoin  de ramper sur mon corps

Il n’est pas une tentation avouable  dans mon décor

Quittez mon chemin, infernal vassal du bannissement.

 

Alors si demain il vous vient à lorgner intrépide

Sur la volupté de ma silhouette  d'émerveillement

Sachez que mon seul bon désir n'est que sentiment

Pour offrir à nos êtres, nos pensées d'amour lucide

 

☼ƑƇ

 

François.CRETEAU Creteau François - dans amour sentiment
commenter cet article
27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 14:06
Billet de rendez vous

 

Billet de rendez vous

 

 

Je me promène sur le lac Léman

Tu viendrais nous  prendre au blanc bateau

C’est sûr,  demain pour aller  à tant

Au casino le soir après notre  repos

J’aime tant  le jeu  vous n’imaginez cela

Quand les rouleaux tournent rapide, Voir çà

C’est une extase d’entendre et d’en être  prés

De  ces gens hagards déposant leurs jetons

Quand  L’hôtel les appelle à d’autres fonctions

C’est le Majestic je crois qui est  très proche

Leur standardiste est Impatiente, c’est une moche

Je ne l’apprécie guère de simple visu

C’est un comble pour Vous accueillir

Heureusement mon  charme vous fera Tenir

Dans ma chambre  rien de moins ne manque

Même mes petits chaussons  achetés à Salamanque

Seul  mon Bras droit exigeant  me  lance

Il n’est pas pour moi toujours évident  je le pense

Que ce rideau entre  nous ; il me fait  plaindre toujours

Mais à part cela  l’hôtel  bien habillé de  pensées

Aurai-je aimé pouvoir de sitôt prés de vous me réfugier

☼ŦC

 

 

Le billet de rendez vous : le  mot suivant de chaque vers d’une strophe

jusqu’à la dernière strophe . premier vers=   premier mot, deuxième vers = deuxième mot et suivant

 

Le texte : je viendrai vous vois ce soir près de l’hotel Majesric

Impatiente fr vous tenir dans mes bras pour nous 

 

François.CRETEAU Creteau François - dans amour lettres et mots
commenter cet article
26 août 2016 5 26 /08 /août /2016 12:24
Le petut bonheur

Le petit bonheur

 

Sur le petit chemin me promenant

Les yeux tristes, des jours sans bonheur

Dans le fourré, un  psitt psitt levant

M’interpellait  moi, le triste du  malheur

 

Je me suis approché pour découvrir

Une petite tête couronnée  au  joli coeur

Sur des épaules fortes, comme l’avenir

Elle me dit : moi, je suis le petit bonheur

 

J’ouvris mes yeux  émerveillés

Celui-ci me rajouta : tu es bien triste

Emmène moi  avec toi, tu seras rassurée

De tes rancoeurs, celles qui je vois t’attristent

 

Je ne puis,  ma vie est une  noire nuit

Je ne saurai  m’occuper de toi à mon désir

Dans  mon gîte, tu risques trop  l’asphyxie

Nous ne pourrons nous aider, à nous subvenir

 

Le petit bonheur, me reprit l’esprit quiet

Tu me laisseras là, bien sage  prés de  toi

Quand tu le souhaiteras, tu t’occuperas de moi

Je n’handicaperai nullement, ta vie sous ton  toit

 

Nous partîmes ensemble, retrouver tout  inquiet

La masure de nos blessures, pour cette neuve vie

Humble nous vaquâmes chacun, de  notre coté

Au mystère, de notre dépendance à la  survie

 

Puis un jour, mon petit bonheur dépéri

Je ne pouvais, et je  me mis à le cultiver

Je m’empressais, de lui rapporter  servi

Le bon terreau;  radieux il me sourit délassé

 

Mes amis furent étonnés de mon bonheur

Ils ne comprenaient pas ma transformation

Tous  avaient  remarqué,  le départ de mes peurs

Et ma nouvelle ardeur, collée à  cette satisfaction

 

J’ai vu sourire, mon petit bonheur cajolé

Il fleurissait comme moi, de belles attentions

Il embellissait de jour en jour,  à ma destinée

Nous étions heureux ensemble,  de notre relation

 

Puis un jour un ami, me rendit visite et me dit

Comment fais- tu, pour transpirer autant de bonheur

Tu souris! Tu chantes ! Tu me parles ! De ton petit bonheur

J’aimerai être comme toi,  au délice de ton paradis

 

Je ne m’étais pas rendu compte;  de ce grand bonheur

Que m’avait prodigué, mon petit bonheur  délicat

Je me suis dit: je ne le quitterai plus de mon ardeur

Pour que fleurissent sans cesse, les feux de ce bonheur  là

 

N’hésitez pas, si vous rencontrez un  petit bonheur

Il sont nombreux autour de vous, tournez la tête

Baissez vous et tendez les bras, ils sont  bons joueurs

Et ne demandent qu’une chose, vous faire toujours la fête.

☼ƑƇ

 

François.CRETEAU Creteau François - dans bonheur
commenter cet article
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 15:45
1950DA

 

 

1950da, météorite de l’apocalypse

Sur ton orbite là bas tu te promènes

Silencieuse dans le  sidéral tu mènes

Ton boulet à la masse bien révélatrice

 

Les terriens se gaussent en ricanant

De ton approche irréelle  au proche

De notre astre  petit caillou pas moche

Prêt d’être pulvérisé par ton embrasement

 

Nous regardons sérieux le ciel  événementiel

C’est naturel  croire en notre   monde réel

De ne pouvoir échapper eu fond de l’éternel

A ces risques insouciants  des masses irréelles

 

Scientifique soucieux des mathématiques  rigides

Notre galaxie est remplie de mouvements d’exceptions

Calculez  les théories de ce bouclier de la rédemption

Avant de fuir miséreux  pour  un départ intrépide

 

Si nos génies  maîtrisent  le nucléaire bien  aisé

Maîtrisons cette énergie qui nous provoque

Construisons le souffle à faire dériver l’équivoque

Les masses  contraires à notre devenir trop  gêné

 

Terriens criez votre  révolte, protégez le futur

Gouvernants despotiques, sauvez notre planète

Fin du monde programmée  votre vision n’est pas nette

Ne jouez plus à la guerre, protégez notre terre du  sûr

 

1950da nous saurons  à compte de brillantes volontés

Déjouer avec fureur  par notre intelligence ton projet

De venir vicieuse  à notre rencontre  pour nous révolter

Contre l’inimaginable, O Terrien arborez votre solidarité!

☼ŦC

 

François.CRETEAU Creteau François - dans destin
commenter cet article
24 août 2016 3 24 /08 /août /2016 11:26
Tapage d'homonymes dans ta page

 

 

 

 

Vint le vin, j’en pris un verre, deux, vingt

Vorace de vie, race de vos vignes, vos races

Vacherie pour ma vie, je vois les vaches rient

Virage de ma volonté et  ma vile  vie  rage

 

Surprise  de mon sort il faut que sur prise

S’inquiète mes  sens de n’être Saint quiet

S’approche  de la sortie de voir sa proche

Santé de s’abreuver  aux boissons  sans thé

 

Laineux ce laitage j’en défais les noeux

Langage  lascif émerveillé pour un lent gage

Lampassé ma langue  revient à l’an passé

Léopard ne griffe pas  l’ami  quand   Léo part

 

Tumeur  de ma tentation, attention tu meurs

Tapage dans ma tanière, tourne ta Page.

Tacler cette tare  et  prendre vif ta clef

Témoin de ta tentative, sûreté que t’es moins

 

Devoir  de ma dérision de s’offusquer de voir

Déjouer tous les défis comme des jouets

Détruit par la désillusion, repaire des truies

Déambulantes dans la vase des ambulances

 

Aguerri par les atrocités, mon corps a guéri

Attiré par les anomalies de triste vie il a tiré

Alaise sur son appétit  pour se sentir à l’aise

Attaché à son apaisement  sain qui depuis il n’a taché.

☼ƑƇ

 

François.CRETEAU Creteau François - dans jeux de mots-homonymes
commenter cet article
23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 15:21
Le chaval de bois

 

Ô Thionville assiégée

Tes ennemis ont tremblés

Tes Citoyens au regard froid

Dans la tranquillité  de l émoi

Femme muette sous le bruit

De ces boulets ennemis

Soufflé de Veymerange

 

Vous eûtes rapiné en grange

À l’ennemi son bon foin

C’était pour vous un bon point

Pour affaiblir  sa puissance

En pensant à sa décadence

Quand de ces  princes au siège

Vous reçûtes comme un piège

Leur demande de réédition

Pour vous ce n’était la solution

 

Tous ensembles vous fûtes heureux

Du grand honneur de ces pouilleux

De vous maltraiter sans vergogne

N’épargnant femme et enfant  gigogne

En votre belle rage contre l’ennemi

Pour tisser  légende  à votre survie

Vous décidâtes de contre-attaquer

Fier de votre ville  pour vous risquer

 

On chercha aux alentours

L’objet du calembour

Vous hissâtes sur les remparts

Ce cheval de bois au beau regard

 

Il lisait aux princes son grimoire

Botte de foin entre les mâchoires

Et tous vous chantiez avec soin

  • Quand notre cheval aura mangé ce foin

Alors Thionville la brave se rendra’’.

 

Le général  Hugo, commandant  de la place

Su alors que ses  gens habiles

N’aurait tentation de délaisser  vils

Leur bonne ville de Thionville

Les siècles ont passé

Mais votre légende perdure

Pour le   bonheur de vos âmes pures

☼ƑƇ

 

François.CRETEAU Creteau François
commenter cet article
22 août 2016 1 22 /08 /août /2016 17:25
Mes yeux dans tes yeux

 

 

Tes yeux dans mes yeux

Lumière de ton soleil

Ma pensée s’éveille

Je regarde tes cieux

 

Ta main sur ma main

Longe mon sentiment

Sur les grands versants

De  mon bonheur surfin

 

Tes lèvres sur mes lèvres

Succombe ma passion

En grandes satisfactions

Abreuvent ma douce  fièvre

 

Ta pensée sur ma pensée

Ouvre mon esprit conquis

De tes mots d’amour si jolis

Profession de ta foi à m’aimer

 

Tes rêves  glissent sur mes rêves 

Sur les berges paisibles de  la Moselle

Se flottent  mes songes  pour demain

Le silence  te les offre  c’est un malin

Il nous  dit :                                                                                                                                                                    Prends son cœur arc en ciel

Comme glaive veillera trésor

Aux amarres de  votre  éternel port

☼ƑƇ

 

François.CRETEAU Creteau François - dans amour passion
commenter cet article
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 10:01
Les enfants de la paix

Enfants du monde, sonnez trompettes

Jouons à la paix  pour l’éternité

Dansons à la ronde de notre amitié

Enfants d’avenir que rien ne vous inquiète

 

Vos jeux ne seront plus ceux de la  guerres

Vos tourments ne seront plus les bruits

Vos peurs ne seront plus les fusils

Il ne restera que le calme d’une sage terre

 

Enfants du monde soyez ces diplomates

Auprès de ces adultes trop surexcités

Pour vous éviter  une jeunesse troublée

Et redonner sens  à votre vie  délicate

 

De votre bonne voix souriez à partager

Les bonheurs de cette véracité, la votre

Qu’elle irradie le monde aux antipodes

Chaîne humaine, ruban coloré de la paix.

Votre avenir dites-leurs de ne point le souiller

☼ƑƇ

 

François.CRETEAU Creteau François - dans Enfant
commenter cet article
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 17:21
ma lumière

 

Je m’éveille, à sa première visite

Mes yeux en nuitée entrouvrent la porte

De ce rayon gentil qui m’emporte

Sur la réalité  de ma vie, il insiste

 

La lumière passe, amitié sérieuse

Chaleur parsemant avec sagesse ma joie

Sur ce nouveau jour éclairé de ma vie

Qui Illumine ma pensée d’étoiles rieuses

 

En douceur me prend la main d’un bonjour

Servante attachée  à mon insatiable plaisir

De lui dire merci chaque jour à nous réunir

Pour ce long voyage qui nous guide  toujours

 

Vivace elle éclaire  les beautés de mon monde

Irradiant les espaces inconnus d’un trésor

Je vous vois images bonifiées  en son apport

Ô Lumière, tu jaillis de la galaxie profonde

 

Elle se cache d’une ombre de bonne  fraîcheur

Pour me faire découvrir son humilité apicale

Elle joue, elle danse sur mes yeux, amicale

Disparaît dans sa nuit, espiègle  de ma petite peur

 

Au soir dans sa coquille de la voûte céleste

Sage baissera les paupière, fermera les yeux

Me laissera reposer  aux scintillements des jeux

De mes rêves greffés à son éclat modeste

☼ƑƇ

 

François.CRETEAU Creteau François
commenter cet article

Présentation

  • : Bouquet de poésies
  • Bouquet de poésies
  • : l'histoire d'une vie de poète au jour le jour, tout est instant de poésie, le passé de ma jeunesse en Lorraine , celui vécu pendant 30 ans vécu sur l'ile de la Réunion , mais plus encore la vie amoureuse c'est quoi? tout autant le ce qu'ont été, ce que sont, ce que seront mes pensées, mes joies, mes inquiétudes mes désirs ; le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui , le monde de demain
  • Contact

Recherche