Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 13:21

 

5246902538_8bfb51f79d.jpg

 

 

Désir que mon âme, mon esprit, ma conscience

Mes instincts, mes sens,  mon corps se libèrent

Qu’au jeune matin ils n’aient plus besoin de faire prière

Qu’ils ne couchent plus avec le sacré des empêcheurs

De tous ces gestes que d’autres font sans vergogne

Alors lassé,  je ne veux plus qu’au soir tu me cognes

 

Quelles effluves  ces parfums de Lacoste, de Guerlain

Mon odorat enjambe frustré le plaisir pour se crier

Oh toi mon âme, pourquoi ton instinct est pauvre à prier

Laisse-moi voler,  de mes propres ailes je m’étourdirai

Au bonheur pour ne plus pleurer comme un pestiféré

Qui n’a de droit d’humanité que de rêver leur malsain

 

Rêver  voilà, oui là est le vrai, il m’empêche de rêver

Ils me disent, toi pauvre humain n’est  de pensées veuves

Une seule chose t’est du : Ton existence est une épreuve

Saches la vivre soumis à l’au-delà,  il ne fut que tu t’émeuves

Si tu veux trouver le rien de rien, qui cache la vérité sans reflet

Alors  tu ne peux qu’espérer que leur mensonge  ne soit ton vilain

 

Quand ils te disent de jeuner, tu ne dois t’empiffrer

Tout à un prix, cher est celui pour te transporter au là bas

Ton gout ne doit  pas te faire croire qu’ils ne peuvent vivre fiesta

Tu te dois  de laisser sans  envie  les nantis faire la Bamba

Ne te compare à ceux là,  les prélats doivent faire face à cela :

Leur prêche, leur labeur les autorise à se goinfrer sans pitié

 

Ne regardez pas ces scènes abjectes de la vie altérée

Les images, les photos pervertiront ta connaissance du vécu

Ne marrie pas ton cœur avant l’heure du bonheur reçu

Excusez-moi, mais leur témoignage pédophile sont  faits sentencieux

Pour que mon âme se défile loin des chemins boueux

Ils continuent, me disent  fais ce que je dis, pas ce que je fais

 

Ne touche pas ces œuvres que ne peux voir ta petitesse

Elles sont réservées aux voleurs qui te laissent croire aux dieux

Pour mieux te voler  dans leurs actes de contrition du jeu

La faute je fais, l’absolution je paie de mes dollars admirés

Alors on les laisse me voler, en dépit de ma prière de révolté

Je souhaite que l’un des là hauts soit plus vigilant de leur manifeste

 

Je perçois les chants, les cantiques  toute la cacophonie des mots

Du flashions, il habille votre âme de toutes ces  sonorités illusoires

Il entend les montées d’opium qui chante dans leur croire

Aucune prière qui ne  fasse au chaque matin grève

D’entendre une liturgie qui anime au soir mon rêve

Rien que d’y penser il m’abreuve  malin de tous mes maux

 

Alors je dois devenir simulateur, voleur, menteur, écumeur, arnaqueur

A chacun ses mœurs, les miens je ne les vouerai plus a celui

Dont on me laissait  croire  que les vierges m’attendent au paradis

Si l’on te tend une joue, tend l’autre, oh injustice d’un dieu injuste

Aime ton prochain, je l’aime,  me dois-je de me laisser voler  fusse

L’éternité me direz vous qu’à cela ne tienne, j’irai sans peur et rancœur

☼ƑƇ

Partager cet article

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Religion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Bouquet de poésies
  • Bouquet de poésies
  • : l'histoire d'une vie de poète au jour le jour, tout est instant de poésie, le passé de ma jeunesse en Lorraine , celui vécu pendant 30 ans vécu sur l'ile de la Réunion , mais plus encore la vie amoureuse c'est quoi? tout autant le ce qu'ont été, ce que sont, ce que seront mes pensées, mes joies, mes inquiétudes mes désirs ; le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui , le monde de demain
  • Contact

Recherche