Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 12:28

 

4064389945_92c7069d1d.jpg

 

 

Hors de ton cœur  je ne suis plus

Perdu dans de tristes  extérieurs

Aussi suis-je pressé, oh fureur

De te retrouver au plus tôt têtu

 

Oh tes bras ! Quand tu me les tends

Je me viens  oh non vif j’accours

Je sais mes pas devront fouler ta cour

Avant que je ne  bise ton embrasement

 

Palpitera  ton cœur dans ton  chaud

Tes braises m’accueillent enjouées

Mille flammes jouent sur tes murs émerveillés

Elles offrent leur sourire igné à ma peau

 

Il n’est aucun de ces  secrets entre nous

Ta clé n’est point code pour te refuser

Alors ma joie est ce premier sourire dans ta paix

Quand ta beauté s’ouvre sur ton silence filou

 

Au fond de ton âme je viens me reposer

Sur tes sentiments du net qui me calme

Dans tes yeux Je me rêve et me déclame

Aimante tu protèges  mon esprit farfadet

 

Il n’est point d’heure où tu ne sais  m’oublier

Ma faim de ton envie n’est qu’un menu

Que je prépare chaque jour  imprévu

Je profite de ton sein  pour ma vie déshabiller

 

Je suis si bien sous ton toit, tout prés de toi

A tes cotes je n’entends plus les insultes

Je me sens lavé du blanc qui se mute

Dans la douche de ta douceur, oh bel émoi

 

Quand les soleils d’été brulent nos fraicheurs

Tu guides mes pas vers la cave endormie

Et là on se rafraichit  nos désirs d’esprit

Boire jusqu’à la lie nos moments de bonheur

 

Tu m’émerveilles quand on se traine attendri

Vers notre grenier choyant nos sentiments du passé

Tous ces objets que tu entasses, jamais oubliés

Pour nous rappeler nos jours d’hier, du temps jauni

 

Tu veux me danser le tango de ton escalier tourniquet

Là je revois notre enfance, toi la grande de mes six ans

Tu as gardé précieuses le vêtement de ma vie passant

Là deux trois traits de tailles   qui s’allongent embossés

 

Ta nature est si  attrayante, comment ne pas t’aimer

Ton port altier, tailleur à la mode de tous les temps

Tu connais ma vie, tu sais ma vie d’amour délassant

Je ne pourrai me libérer, oh ma maison de ton amitié

 

Alors garde-moi serré sur ton lit, j’y lis ta facture

De belle maitresse à qui l’on offre  toutes ses vertus

Pour la garder en  beauté, jamais délaissée, ni déçue

Mon temps je te l’occuperai toujours sans penser usure

☼ƑƇ

Partager cet article

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans amour passion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Bouquet de poésies
  • Bouquet de poésies
  • : l'histoire d'une vie de poète au jour le jour, tout est instant de poésie, le passé de ma jeunesse en Lorraine , celui vécu pendant 30 ans vécu sur l'ile de la Réunion , mais plus encore la vie amoureuse c'est quoi? tout autant le ce qu'ont été, ce que sont, ce que seront mes pensées, mes joies, mes inquiétudes mes désirs ; le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui , le monde de demain
  • Contact

Recherche