Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 14:45

 

4937550672_cd45bae458.jpg

 

 

Un esprit virevolte sur leurs  fadaises

L’argent clinquant partout sonne le vide

Il ce  fut ce gouffre  de désir toujours avide

Pour enrichir ces capitalistes  obèses

 

Boulimie rapace  d’un virtuel amère

Qui s’entasse au fond  d’immenses coffres

Ils se remplissent selon toutes les bonnes offres

Rivalisant perfides avec la famine des  misères

 

Tous les princes d’or  féconds attendent l’heure

De la bonne affaire luisant dans  leur riche lumière

Ils vont vendre, tout vendre, ils n’ont que faire

Les plaintes de la misère,  ce n’est leur bonheur

 

Avare ils s’amarrent assoiffés  au mirifique profit

Les plus values recalculées  gagnent des sommets

Envieux de leur envie,  leurs espérances  rêvées

Ils l’ont fait, libérer le marché de leur plus pur vomi

 

On vomit à chaque coin du  monde les  faillites

Tout explose, se déchaîne  guerre  des  nerfs ruinés

Des villes  sont dévastées, elles lorgnent leur passé

Celui du soldat joueur, traders que l’on  mérite

 

De partout on s’effraie, on s’angoisse on se pleure

Tout s’écroule,  il fut hier  ce château des ripailles

Son argent se brûle, il  n’est plus que feu de paille

Où S’embrasent les malheurs de toutes nos  peurs

 

Les conquistadors s’activent  de partout  en solution

Offre à tous ces voleurs votre altruiste  participation

On leur donnera demain  sans aucune  contestation

Le fruit du labeur, ce sans valeur nickel  de votre sudation

 

Mais là bas au fond de leur bourse,  charognards  ils veillent

Quand sera-t-il l’instant de faire sans sentiment le rachat

Spéculation  rapace  de leurs traditionnels   assignats

Pour transformer votre nickel en or, oh je me réveille

 

Oui Je me réveille dépouillé de l’affectif de mes lustres

Quelques actions qui restent là, cadavre sans valeur

Mes vacances, mon tout petit en  plus, moqueurs

Ta confiance tu leur  a donne, était-ce acte  bien juste

 

Tu ne comprends plus, tais toi, on les rembourse

Leurs vols, leurs pertes, on fait fi de nos pleurs

Eux n’ont pas de fièvre, la crise n’est  pas leur  douleur

Leur santé, encore  plus brillante sans fin de course

 

Regarde –les !  Ils se foutent de ta gueule, avec raison

De leur plus value ils paient la justice  émerveillée

Elle ne dira rien profitant des miettes d’or volées

C’est quand même mieux que le nickel des avortons

 

Tous les conseils  dont  l’état   se justifie sans pardon

Donneront attendu que la chose est légale en somme

Comment croire quand on vous offre un soporifique rhum

Pour que votre esprit révolté se libère des  réalités

☼ƑƇ

Partager cet article

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Bouquet de poésies
  • Bouquet de poésies
  • : l'histoire d'une vie de poète au jour le jour, tout est instant de poésie, le passé de ma jeunesse en Lorraine , celui vécu pendant 30 ans vécu sur l'ile de la Réunion , mais plus encore la vie amoureuse c'est quoi? tout autant le ce qu'ont été, ce que sont, ce que seront mes pensées, mes joies, mes inquiétudes mes désirs ; le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui , le monde de demain
  • Contact

Recherche