Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 13:39

3871419877_32afd3a1a2.jpg

 

 

Au printemps une bouteille plongea

Un message d’amour à la main

Je serai toujours  fidèle,  se dit t’elle

A la mer de me guider  prés d’elle

De vivre ensemble ce nouveau matin

Vers l’éternel  voyage du désir  beat

 

La mer se lia fière en cette tendresse

D’un calme ravageant l’immensité

De croire au bonheur de la bouteille

Qui se dressait haute sur son  éveil

Dans l’humilité d’un respect avoué

Pour que don soit de ses pures caresses

 

La mer ne comprit ce bel  appel

Trop fière  de se voir  aduler  

Par son impétueux  sir le vent 

Près à ravager  mortel les insolents

En  voulant  d’un infini pertinent  flirter

Avec des mots secrets à sa  passerelle

 

Le vent souffla toute sa  colère

Sur  la mer qui pleura  toute sa rage

Et dressa sa vague destructrice

Pour engloutir l’intruse  séductrice

Cette bouteille au leste  présage

Et au placide flegme  rétif pour l’enfer

 

La bouteille dupée dit au vent violent

- Vous voilà bien fort, bel incongru 

- Mais votre tumulte  s’essoufflera

-A  mon  calme que tu nourriras  

-Tu ne gâcheras pas   ma  vertu

-Et ma tête restera au firmament

 

La bouteille  sage  se fit belle

Mais la mer folle  de fantaisies 

La chassa   du haut de sa vague

Pour la voir périr avant paques

Mais la sagace  belle avec frénésie

Dansa sur un rythme fou à l’éternel

 

La mer en appela  son bon  ami

Le bois sûr qui briserait l’intrus

Le rejetant dans l’oubli parfait

D’un fond hideux de gouffre isolé

Où survivent les débris perdus

Qui espèrent  toujours une survie

 

La bouteille défia l’impérieux bois

Faisons le chemin de la douce vie

Et si ma sagesse têtue se coule

Avant que l’abîme profond tu  foules 

Je  me rendrai muette  sans préavis

Au royaume  des âmes sans loi ni foi

 

Le bois épris de la mer gonfla, gonfla

Devint fanfaron à vouloir croire gagner

De sa lourdeur perdit toute  sa valeur

Devant le diable amant  des profondeurs

Il s’enfonça  et blafard  demanda  pitié

D’avoir cru sir le vent et la libertine mer

 

Là une bouteille flotte toujours sur sa mer

De sa pugnace  sagesse  elle retiendra

Qu’il faut fuir sage sans délit l’être aimée

Mais que rester fidèle dans sa  sincérité

Collée à une pensée voisinant  jours d’aura

Evitera les vagues de malaises  trop pervers.

Partager cet article

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Fables
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Bouquet de poésies
  • Bouquet de poésies
  • : l'histoire d'une vie de poète au jour le jour, tout est instant de poésie, le passé de ma jeunesse en Lorraine , celui vécu pendant 30 ans vécu sur l'ile de la Réunion , mais plus encore la vie amoureuse c'est quoi? tout autant le ce qu'ont été, ce que sont, ce que seront mes pensées, mes joies, mes inquiétudes mes désirs ; le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui , le monde de demain
  • Contact

Recherche