Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 09:17

 

3173960826_6b195893c6.jpg

 

 

Deux mains se préparent, se délient

Leurs grands yeux touchants se défient

Lequel a su observé une  clé au sol

Pour l’ouverture d’une portée qui s’affole

 

Une main tourne le dos aussitôt

Pour inaugurer agile  un  allegro

Sur un ré de soleil qui se maintiendrait

Si ce n’était l’intervalle d’un silence mutiné

 

Au premier temps une gamme s’enflamme

Pas d’amalgame ce n’est mon engramme

Un mi s’accroche,  un ton pris à  demi

Pour laisser place à  la diction d’un terni midi

 

Fa fadaise, fa dièse,  un demi-ton s’étouffa

Il se fâcha je veux une valeur vraie; se rebiffa

Une main chercha le noir dans cette histoire

Il n’était ivoire, énigmatique pour le  policier noir

 

Une main se  fit un soupir, pour grandir

Que n’en rire, elle  n’était une longue buire

Du sol elle était loin, rêves de tournesol

Sol bémol, quel air une main  en  raffole

 

La, par là, de ci de là, c’est bien là le la

La fondamental  une main se dit c’est bien cela

Tout autant  agréable, elle la chatouille, celle-ci bafouille

L’ouïe de sa pensée grouille et se papouille

 

Une main s’accapare d’un fortissimo

Qui  lui donne des maux a mots, macro!

Si et si rien ne sera jamais  plus fort qu’ici

Une main s’y jette comme un rapace précis

 

Soleil soldant solennel la  signature l’adula

Soldat si,  la lassitude soldée, l’air s’en alla

Il descendit au fond de la cave endormie

Mal lui en prit dans les ténèbres noircies

 

Le noir lui  tendit le fa, le si, le la, le mi

Un cauchemar retourna son do si l’ami

Les murs voulaient enterrer ses anecdotes

Faire linceul de toutes ses  fausses notes

 

L’air entraina à sa traine sa belle partition

Si là si,  les rats vinrent se nourrir d’admiration

Pour ce bel air populaire  de ces jours de naguère

On les vit danser sans prière au do si là du cimetière

 

Fort heureusement  tous ne prirent bon abri

Dans ce lieu sordide, ils s’échappèrent comme fourmi

Vers un grenier laissant une trouée  sans fortune

Pour là haut jouer une cantate  au clair de lune

On laissa sortir, si là,  là, par  la petite lucarne

Toutes les notes  en mesure  se hissèrent sans vacarme

Le concert parvint dans les champs, les prairies les fleurs

On chanta  dodo Rémy, fa si la sol   rêve à  ton  bonheur

 

Ö l’ami! Voudrais-tu accompagner cet air  mystérieux

Cette symphonie de mots qui veut   partager votre vœu

En  huitième couplet vous trouverez les premières notes

Pour chanter ce  au clair de la lune du  bel canto  hôte

☼ƑƇ

Partager cet article

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Objets
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Bouquet de poésies
  • Bouquet de poésies
  • : l'histoire d'une vie de poète au jour le jour, tout est instant de poésie, le passé de ma jeunesse en Lorraine , celui vécu pendant 30 ans vécu sur l'ile de la Réunion , mais plus encore la vie amoureuse c'est quoi? tout autant le ce qu'ont été, ce que sont, ce que seront mes pensées, mes joies, mes inquiétudes mes désirs ; le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui , le monde de demain
  • Contact

Recherche