Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 10:07

 

 

6281277595_01394412d1.jpg

Je suis un pauvre  gueux

Assis dans le temple du fric

Je n’ai plus le billet pratique

Bouffer devient diabolique

 

Pouvoir d’achat tu me déçois

Plus de joies  sous mon toit

Il me l’avait promis, toute ma foi

En mon vote être croyant en sa voix

 

C’est vrai que petit je  fus vrai

Plus!  Je n’aurais jamais plus

Tout au plus un regard de plus

Vers un secret qui est venu me bluffer

 

Les patrons seront  toujours poltrons

Ils engrangent  les dollars de l’échange

Franges de ma sueur qu’ils vendangent

Contre la garantie d’obèses  top-options

 

Notre  président ne doit savoir compter

Multiplier ses émoluments par trois

Est-ce une sournoiserie  de bon roi

Ou  un plus,  de pouvoir d’achat volé

 

Souvenons-nous d’une assemblée

Qui en une première séance eut  voté

L’augmentation des indemnités de ses députés*

En refusant celles de nos smicards trop friqués

 

Il l’a promis mais il a dit: Les caisses sont vides

Il fut pendant longtemps, au gouvernement

Puis-je penser que dément il nous ment

Lui chaque jour ne boit t’il   son bol doré avide

 

Il n’a que faire de vous, il adore tous les ors

Les bols dorés, les T’ais F  un,  fou de publicité

Il insulte ceux qui  ne lui tendent une main ganté

« Casses- toi pauvre con»! Tu ne peux me donner tes ors

 

Ses amis nous disent: Si les produits ont augmenté

N’achetez que ceux qui ne le sont pas, j’ai cherche …

Oh pouvoir d’achat tu voudrais me tendre une perche

Tu voudrais m’offrir, mais eux t’amaigrissent encouragés

 

Ce  gouvernement a pris sans ménagement  en charge

Les doléances répétitives  de ces voleurs légalisés

Il  donne à ces pleureurs tous les avantages injustifiés

Défiscalisations, subventions ainsi que charges à décharge

 

Mais que penser de ceux qui n’ont plus de pouvoir d’achat

Oh indignation quand tu vas donner de grandiloquentes  aides

A ceux qui licencient mais  cumulent, jamais repus les milliards

Ta soif d’or ne va t’elle pas : crier  révolution à ton potentat

 

Moi le petit gueux  je suis intrigué par tes faits et gestes

Ils  ressemblent à ceux de ces dures  histoires lues

Quand le pouvoir absolu entrainait la folie de son élu

Vers la soumission du peuple et à sa dictature funeste

 

Braves gens soyez très vigilants, ne vous laissez pas voler

Le bénéfice de tant de luttes passées, aux profits de nanti

Qui vident notre France sans scrupules vers d’autres maquis

Enterrant  notre volonté exsangue de riches pensées sociales

 

Ensemble, ensemble bonnes gens,  si la grève nous faisions

Celle du paiement aux caisses de nos voleurs, oh justice

Je vous demande qui de nous se sert impuni de sa main agitatrice

Est-ce un crime : Manger quand  la famine vous guette  en réunion

☼ƑƇ

Partager cet article

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Bouquet de poésies
  • Bouquet de poésies
  • : l'histoire d'une vie de poète au jour le jour, tout est instant de poésie, le passé de ma jeunesse en Lorraine , celui vécu pendant 30 ans vécu sur l'ile de la Réunion , mais plus encore la vie amoureuse c'est quoi? tout autant le ce qu'ont été, ce que sont, ce que seront mes pensées, mes joies, mes inquiétudes mes désirs ; le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui , le monde de demain
  • Contact

Recherche