Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 09:15

 

4389737235_54efb67db7.jpg

 

Ami  tu as conquis cette rose au  matin petit

Belle est-elle sourit, il n’en sera pas toujours ainsi

La rose fraîche à l’aurore  se flétrit sur le  soir rêche

Occupe t’en régulier  que ne sèche son désir revêche

Ce pourrait être ta nuit  des immenses  désillusions

Alors je te confie quelques sages  méditations

 

Je comprends,  surpris tu ne voudrais être abandonné

Alors il te faut penser et ne  pas égoïste te  fixer

Sur les avantages de ton corps, n’oublie pas  ton esprit

Pas besoin de trouver quelques philtres gratuits

Ils ne serviront à rien qui ne lui fasse plus de bien

Que ta délicatesse  embrassant ses richesses

 

Réfléchit le pourquoi d’un départ brutal, il a sa raison

Les tensions de ton caractère n’ont pas ces sensations

Celle du bonheur, pourquoi le faire hériter de la haine

L’aimée dans sa peine ne comprend plus ta scène

Ce parfait acteur qui voulait jouer un amour d’éternité

Il faut que je te souffle la meilleure des suites rêvées

 

Il est vrai que souvent elle te contredit, c’est un dit

Tu ne peux avoir raison chaque midi, ne la salit

Soit aimable, pense juste, tu n’a pas le oui véritable

Alors que soit fiable ta parole, fait de sons adorables

Donne à ton visage  une expression pareille à la sienne

Tu l’émerveilleras alors et sa parole restera   tienne

 

Maintenant je voudrai te dire ce ne fut là que mufleries

Tu auras certes des chemins cruels fait de filouteries

Des épreuves te laisseront te coucher sur ton nu

Car il est des hommes insidieux à l’esprit incongru

Tu ne dois rien concéder sur aucun obstacle, te battre

Mais  rappelles-toi ne juge pas l’aimée sans en  débattre

 

Si tu veux que ton amour fleurisse n’oublie jamais

Il faut arroser souvent la plante  pour qu’elle soit admirée

Quand les pétales s’offrent à vos lèvres dans la fraicheur

Offre habile à ton aimée ce petit cadeau de rêveur

Complice son bonheur pour t’offrir à son tour ses parfums

Rejaillira nouvelle sa beauté pour délirer jusqu’au matin

 

Ainsi une déesse te réveilleras  au chaque petit jour

Il faut l’admirer, toujours l’admirer sans détour sans retour

Dis lui, redis lui sans cesse que son corps tu n’oses toucher

Tant son satine ne peut  être déchiré, violé, oh pureté

Qu’elle croit, oui qu’elle croit que seul ton regard à ce droit

Te vénérer, amour sophistiqué qu’on ne peut accoster sans foi

 

Il est des temps où ton aimée aura à faire face gênée

A de multiples indispositions, de maladies, migraines futées

Elle sera obligée de s’aliter, inquiète de devoir t ‘oublier

Montre lui ton amour, offre lui ton dévouement caché

Ne sois pas démoralisé  par les obligations de sa maladie

Montre lui que ton courage terrassera  sa souffrance

 

Il sera peut être un jour que la tentation brise ta fidélité

Il n’est point nécessaire de t’en vanter, cet instant vicié

Ne peut te procurer que méfaits, pense à sa fidélité

Alors cache ce vil forfait,  laisse le dans son secret

Ton aimée n’est mendiante de tel fait elle rêve ta lucidité

Reprend ton chemin celui de la vérité : Ton amour vrai

 

Ce que tu cherchais dans l’ailleurs, se trouve dans ta couche

Laisse aller ta main,  tes doigts ils joueront des mots de bouche

Ton aimée si tu sais la guider vers l’extase  avec délicatesse

Saura te rendre  les parfums de son amour avec hardiesse

Regarde, regarde là, elle est muse prête au sacrifice

Elle n’attend que ton pur désir pour te mener sans artifice

 

Si tu te maries je serai parrain mais pas d’un  défi

Celui  des cœurs volages qui à la nuit rencontre soucis

Ne reprend d’autres  chemins, ceux là trop détrempés

Inondations de ces pleurs noyant  une âme chahutée

D’autres chemins sont rocailleux, vilain on s’y blesse

Profonde la plaie d’une blessure laissée sans adresse

 

Nous arrivons au bout de ce magnifique chemin

Je te l’avais dit ; magnanimes seraient  tes demain

Je ne m’inquiète plus pour ton avenir, il te va à ravir

Costume des dimanches de l’amour pour vous servir

Merci de me laisser entrevoir le bourgeon de votre passion

Je vous laisse vous  aimer, s’aimer d’éternelle admiration

Partager cet article

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans amour passion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Bouquet de poésies
  • Bouquet de poésies
  • : l'histoire d'une vie de poète au jour le jour, tout est instant de poésie, le passé de ma jeunesse en Lorraine , celui vécu pendant 30 ans vécu sur l'ile de la Réunion , mais plus encore la vie amoureuse c'est quoi? tout autant le ce qu'ont été, ce que sont, ce que seront mes pensées, mes joies, mes inquiétudes mes désirs ; le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui , le monde de demain
  • Contact

Recherche