Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 14:35

 

3359644052_385d2dd581.jpg

 

 

 

Je me suis monté au grenier de ma pensée

Escalader  l’escalier étroit de mon esprit

J’y ai trouvé mille objets  singuliers

Toutes diversités mêlées  sur un canapé

Des méfaits oubliés d’être réemballés

D’altérées bontés  prêtes à resurgir du passé

 

J’ai tiré maladroit sur le flot du tout trop gêné

Pourquoi venir nous déranger importun

Sous ce tout nous étions indigents du moi bafoué

Moi le méfait ignoré, pourquoi ne pas m’adopter

Pour sortir de ta maison, fut t’elle  barricadée

J’aurais eu tant et tant à donner pour te protéger

 

Patatras une bonté se casse le nez, terrassée

L’araignée au cotés s’enfuie sur le soir de l’espoir

Bonsoir j’ai peur des fantômes qui trainent mal élevé

Ils viennent nous troubler et nous pestiférer initiés

Les poutres porteuses de notre passé  en sont ulcérées

Comment se faire  dans le plus tôt pour nous restaurer

 

Il vous faudra attendre le jour du vide grenier

Quand toute cette pensée changera de décor

Quand dans une contrition on en jette les déchets

De tous ces maux du mal entachés de lâchetés

Toutes ces bontés folles à lier pour distribuer

Et profiter sans retour  des   bénédicités avisés

 

Tous vous voudriez rejoindre ce  beau  salon

Ecoutez les musiques qui chanstiquent l’amour

Mais voilà comment se faire,   avez-vous ce don

De pouvoir au petit matin  danser au grand pardon

Ce corps a-t-il le droit de jouer un air de raison

Sans avoir à souffrir dans une ambiance de passion

 

Mon corps je vous verrai bien  d’instinct faire toilette

Ma maison dispose en son sein  d’un refuge pour se faire

Débarrasses-toi  de toutes ces froides  amulettes

Qui voudraient te les faire croire lumineuses  statuettes

Que l’on prie pour rêver à la vie des riches  soubrettes

Qui se laisse vivre dans la main tristes des défaites

 

Mon corps qu’il est bien d’avoir vidé ce grenier

Comment cela ! Il en reste tapis  des fantômes

Que le sel de ta vie les pourchasse  appliqué

Je te le dis ne garde rien qui ne fusse oublié

Vide, oui fait  grand vide, l’âme toute reposée

Plus d’araignée de nuit qui t’ennuie, comme un Allien

 

Le bonheur t’invite : Ce grenier il te faut l’emmurer

Que tu n’ais plus à venir t’y fournir en  frauduleux prétextes

Quand ton moi recherche  à positionner, à installer

L’acte le plus véritable que tu puisse dispenser, œuvrer

Ces injustices, ces fautes,  ces colères mises de cotés

Ces fières bontés  ne les croient bien déposées, prodiguées

 

Que dis-tu ! Ta maison tu voudrais la brûler sans délais

Que ne fusse encore ta folie, sage tu ne peux être un  vil

La richesse de ta maison,  ne se peut  voir consumer

Tant de bien peut-elle ainsi apporter avec volonté

Pour endiguer les rivalités désespérées des mal-logés

Dont les greniers regorgent de violentes insanités

 

Surtout ne ferme pas la porte de ta maison, la sagesse

Doit pouvoir accueillir  tous ces corps poursuivant le bien

Que dans ton salon ils y  trouvent ta lumière  maitresse

Elle traversera les fenêtres  des intelligences à leur adresse

Quand elles sillonnent ton univers  salutaire  en joliesse

Sur les magnifiques chemins qui conduisent à la sagesse

L’araignée du matin ne sortira plus comme un chagrin

☼ƑƇ

Partager cet article

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans pensées-esprit
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Bouquet de poésies
  • Bouquet de poésies
  • : l'histoire d'une vie de poète au jour le jour, tout est instant de poésie, le passé de ma jeunesse en Lorraine , celui vécu pendant 30 ans vécu sur l'ile de la Réunion , mais plus encore la vie amoureuse c'est quoi? tout autant le ce qu'ont été, ce que sont, ce que seront mes pensées, mes joies, mes inquiétudes mes désirs ; le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui , le monde de demain
  • Contact

Recherche