Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 20:48

 

 

1894516978_76d6064d65.jpg 

Sur la traversée sans concession  du monde fou

Je me vais de mon  pas,  chercher passionné

Le chemin étroit où se cache une vraie liberté

Mais son horizon au loin me semble trop flou

 

Sur les  partout des voix drastiques  s’élèvent

Sensibles comme de violents coups de  fouets

Qui viennent frapper d’aise ma curieuse pensée

 Et lui livrer ce message : Chut  petit  tu rêves !

 

Le rêve peut t’il me laisser contenté pour croire !

Que sorti des réalités, je suis libre de penser, de faire

N’indisposant cet égal génial  dans ses strictes affaires

Quand  ma volonté n’est obligée de se plier à son vouloir

 

Dur est mon réveil affolant sur l’espace du jour

Où la lumière traumatisante  indispose mes yeux

Je ne puis la détourner au plus loin vers les cieux

Elle n’accepte mon rejet au détour de son retour

 

Belle est votre lumière, oui elle éclaire

De sa puissance tout mon assoiffé corps

Il s’y baigne, s’y plonge encor et encor

Mais sa pensée est dérangée par vos éclairs

 

Je voudrai m’empêcher  placide de les voir

Mais je ne peux prendre soulagé le noir caché

Derrière la  lumière de  votre rude  volonté

D’extirper de mon esprit esclave  tout espoir

 

Je vais devoir dans l’espace soumis  de ma vie

M’obliger à vivre de votre unique et fatale lumière

Mon esprit devra rester prisonnier dans  sa carrière

Au fond d’une mine obstruée où l’on extrait l’oubli

 

Me voilà parqué et muselé dans cette immensité

Qui se doit d’accepter les bruits, mêmes incompris

Ceux de leur unique vérité à me voir toujours, soumis

Dans l’illusion d’une démocratie, du leurre partagé

 

Avec cette option qu’il ose en cadeau vous offrir

Tolérance pour tout, pour rien, o trompe l’œil !

Pour ceux qui vous impose la mise au cercueil

De toutes vos questions et vos réponses sans frémir

 

Je me terre, ne veux plus entendre vos justifications

Vos remarques, vos suggestions qui me ruinent

Laissez-moi avec ma plume comme la bonne  fouine

Repérer en tout lieu les mots qui me servent de conviction.

 

Je serai enfin libre de ne penser qu’à  tout cet inutile

La sagesse qui se blesse quand ils en parlent sans tendresse

La solidarité quand ils enrichissent  le moi de leur bassesses

Ma démocratie que  je voudrai sortir du haut culte des édiles

ðC

Partager cet article

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Bouquet de poésies
  • Bouquet de poésies
  • : l'histoire d'une vie de poète au jour le jour, tout est instant de poésie, le passé de ma jeunesse en Lorraine , celui vécu pendant 30 ans vécu sur l'ile de la Réunion , mais plus encore la vie amoureuse c'est quoi? tout autant le ce qu'ont été, ce que sont, ce que seront mes pensées, mes joies, mes inquiétudes mes désirs ; le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui , le monde de demain
  • Contact

Recherche