Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 13:09
A la recherche du bonheur

 

 

 

Mon bonheur perquisitionné n’est pas là

Où le trouverai-je,  cet indigent  trop doux

Dans le radoub de ce  port étoilé du ciel fou

Mon esprit intrigué pénitent divague renégat

 

Je l’attends comme un présage, sage le  poursuit

Il viendra à quelques instants, je suis sûr à me bercer

Comme un fils ; dans des bras maternelles trop usés

De vouloir enraciner, encore enraciner sur lui ce  lavis

 

L’intrus soudain est venu ; gris déranger ma folie

Je vous  envie, l’éréthisme de votre bonheur

Votre auguste calme,  ne vous fait pas peur

Me dit -l sans devenir, à mes yeux un maudit

 

Je rêve à l’éternel de quitter mon malheur

Comme vous jouir, au sensible du  calme

M’arrêter simplement, en douceur sur la lame

De votre sérénité déployée, vers  l’éternité

 

L’intrus est reparti, vers le vaste  inquiétant

Il m’a laissé  esseulé,  à ma sublime pensée

Déposé preste  son envie,  fortifiée à mon cotés

Inquiet je l’ai touché,   vestiges réformant

 

Je suis sorti de ma nuit  de  contemplation

J’étais heureux, de sa folle  envie délatrice

Couché là sur mon bonheur, minutes salvatrices

J’avouais la  supériorité, de ma stricte  satisfaction

 

Je rêvais de bonheur, il me tenait bien serré la main

M’entourait de toutes ses douceurs, dans son silence

Inconfortable mendiant, je ne savais prendre patience

Pour sentir ses ondes bienfaitrices comme bon refrain

 

Je vous le dit en  vérité, ne cherchez pas le bonheur

Prenez le, il est à votre coté, près à se  déposer

Trop léger, trop doux pour que vous le soupçonniez

Il vous entoure, apparat pertinent  de ses mille ardeurs.

☼ƑƇ

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François
commenter cet article
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 13:29
Le labour de l'amour

 

 

Dans le rêve

De ma vie brève

Je vais  sans trêve

Affronter le versant

De mon amour qui me tend

Puissance de sa réalité brève

Mais me transperce le glaive

De l’Immoral qui vous achève

Tout comme mauvais  élève

Qui jamais ne se relève

 

Mais  suivez-le! Car beau est  cet élan

Sage il vous conduit en chantant

Là-bas sur les champs d’Eve

Pour labourer l’amour charmant

Qui vous offre joie de dément

Pour marier vos désirs brûlants

☼ƑƇ

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans amour premisse
commenter cet article
10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 15:41
Le texte solitude

Je suis le texte de la solitude

Regardez-moi bien en  face

Je voudrai  serein  sans préface

Que vous  me lisiez en prélude

 

Dans mon linceul je suis bien seul

Vous avez tourné une nouvelle Page

Vous ai-je plu, oh  quel hommage

Je suis  content ce n’est pas veule

 

Sage au coté je me suis  retourné

Mais Je n’ai rien trouve, pas d’amis

Pas un, signe  de commentaires  ravis

De se retrouver prés de moi enjoué

 

Resterai-je seul prés de lui toute sa vie

Mon bon géniteur penseur  qui me relit

Bible de sa passion qui au quotidien l’envahit

Au Souci de me voir perdu au jeu’ de l’oubli

 

Vous, si vous repassez  radieux  sur mon lit

Déposez moi un écrit de  fidèle compagnon

Pour  mes jours de demain à  ma  floraison

Je lui parlerai pour qu’il vous donne l’envie

 

Quand prés de moi se love votre message

 C’est touchant,  mes rimes  rougissent

De l’Admiration de votre remarquable minutie

A me rendre  ce baiser d’affection  au passage

 

Je souris de bonheur à votre reconnaissance

Courtisan admiratif de votre  belle pensée

Sur laquelle je me penche intrus invétéré

En votre sentimentalité de  riche prestance.

☼ƑƇ

 

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans poesie-poetes
commenter cet article
9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 14:32
Femme actuelle

 

Me voilà femme  du rituel

A l’instant de  mon état virtuel

Suis je moche, serai- je belle

Y Verrez-vous nouvelle  hirondelle

 

Je suis fière de  ce grand défi

De savoir pourquoi et  qui je suis

Ce n’est pas que je m’ennuie

Mais j’enrichie sereine  mon esprit

 

De cette vie prompte et bien  saine

Je me promène attentive sur scène

Celle des  ondes  sages de vils  mécènes

Où je  dévoile  mes mots que je sème

 

Ma pensée se découvre hypothétique

Pour ceux qui cherchent  romantique

A trouver un visage  emblématique

Cette beauté dont ils rêvent lunatique

 

Je vous offre  la splendeur de mes mots

Rangez les comme mon physique beau

Délectez vous  aux caresses  de leur peau

Embellie de mes rimes  qui ne sonnent faux.

☼ƑƇ

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans poéte-poesie
commenter cet article
8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 14:08
Venez ma mie

Je vous prends au matin   ma mie

Prés de moi  je protégerai vos envies

Donnez les moi, ma pensée saine

S'arme des patiences  jamais vaines

Pour éblouir votre visage  conquis

 

Que vous voilà bien  belle  ma mie

Mon cœur  s’affole   et  il vous dit

Aimez moi  reine   sans une peine

Je suis votre

 

Doigts ne soyez , touche d’hérésie

Sillonnez cette peau,  d’être  anobli

Sertissez  ma mie, gestes de reine

Déposez ces plaisirs  sur mes veines

Transport du bonheur au nul souci

Je suis votre.

Venez ma mie

Abriter  votre folie

☼ŦC

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans amour passion
commenter cet article
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 11:57
Le ciel s'est assombri

 

Le ciel s’est assombri
Dans les limbes sertis
D’âmes vierges et pures
Qui pleurent leur vertu

J’entends le juste chant
De ces enfants riants
Ces angéliques innocents
jouant à  la joie des insouciants

Je les vois gravir lestes
Les marches funestes
De ces guerres qui blessent
La tendresse de leur noblesse

Au corridor de la mort
Ils les ont repoussé à tords
Hors le palais d’une vie d’or
Sans le moindre remord

Les enfants  épient sans haine là-haut
Ces monstres rapaces, leurs bourreaux
Qui  les guettent  sans repos
Afin de  lyncher leur âme aussitôt

L’éternité demain,   sonnera du clairon
La vengeance des justes raisons
Pour déférer à la vindicte les larrons
Et les voir pleurer pardon avant exécution

Des chants de liesse  alors brilleront
Dans le ciel des constellations
Pour éviter toutes les tentations
De massacrer l’enfant sans expiation.

☼ƇƑ

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Enfant
commenter cet article
5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 08:28
Tu voulais image de Folon

 

Tu voulais l’image de  Folon

Je te donne peinture de Folon

Cet homme inconnu de mon

Placé dans l’irrespect du renom

 

J’ai sorti au matin  ma palette

Regardé la jolie maquette

Et du  bout dolent de ma baguette

J’ai dévoilé la belle statuette

 

J’ai cultivé tout mon  bon plaisir

Qui se fut pour ton grand désir

Et ma  dévoreuse  inspiration de sortir

La cueillette du  beau  pour t’ébahir

 

Dans le soleil levant Il est toujours facile

De bien gérer pertinent  le geste tactile

Quand un esprit  reposé se meut utile

Dans l’espace d’un bonheur non futile

 

Je me sens comblé de jeux artificiels

Pour avoir participé à l’événementiel

De votre sortie fait de bel arc en ciel

J’y ai choyée et peint votre nature révérencielle.

 

Que reste en votre toujours

Dans vos yeux   ma peinture providentielle

☼ƇƑ 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans amitié
commenter cet article
4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 15:03
J'ironise

 

 

 

 

Ce n’est pas de votre grand  amour

Que je deviendrai un pur  sentimental

Car  me semble  bien trop  anormale

Votre présence, butinant  mes jours

 

Votre corps élancé a cette beauté

Qu’on ne pense agile  le  regarder

Il vous laisse croire sage  l’idée

Qu’il sublime notre pétillante  générosité

 

Vos yeux mielleux sont si charmeurs

Ils ne soutiennent plus ravageur  mes désirs

Pour étourdir ma quiète pensée au plaisir

De les  voir prunelles titillant ma douce  ferveur

 

J’ai connu vos mots merveilleux

Il se peut  qu’ils eussent été romantiques

Comme ceux crachés par les cantiques

De ces  sorcières en  leurs  flammes rieuses

 

Je n’ai pu retenir l’ironie de mon ton

Quand il aiguise ma volonté de vous dire

Ces mots qui vous offrent  soupirs

Puissiez-vous  dénouer sans rire

Ce langage au rebond.

☼ƑƇ

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans amour perdu
commenter cet article
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 12:06
La nature moraliste

Il est  de ces ceux-là  qui suffoquent sous la fortune

D’autres de vivre  calleux  dans  l’amertume

Et les étoiles par milliard scintillent  pour eux

Richesse de la nature pour un  don généreux

 

À vous les fortunés,  la nature moraliste

Vous explique : Ce n’est pas un  fatalisme’’

Que les autres soient de pauvres bafoués  en soi

Le partage de ces  lumières vous en fait foi

 

Chaque étoile à sa place dans l’univers

Toutes brillent  d’un inégal  feu salutaire

Mais elles pleuvent dans vos  yeux

Sans souci d’être aduler par les captieux

 

Ils ne pourront acquérir toutes  les étoiles

Soutirer  aux pauvres la lumière de cette toile

Simplement accepter la solidarité de l’empreinte

D’un bonheur qu’ils ne peuvent aux pauvres voler

 

Riches prenez couleurs   de la mirifique étoile

Dissipez  vos richesses en partageant  le voile

De la grande humilité de la nature pure

Vivez brillant en donnant votre énergie impure

 

Rassurez ces pauvres d’un profit plus sain

Vivre bien sans vivre  d-‘un putride  malsain

La nature vous a donné de briller  haut plus haut

Sa morale vous demande  de dispenser ce  magot.

☼ƑƇ

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans morale
commenter cet article
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 18:06
Je me confesse

Je me confesse, il en est ainsi

Mes pensées ne sont plus claires

Et j’admets comme dans un éclair

Que je me trompe du  monde que voici

 

J’ai établi ma très grande morale

Sur le fait d’être dans l’osmose

De cette humanité pour laquelle j’ose

Vivre avec la bonne clef  qui me soit vitale

 

Pourrai-je continuer à exacerber ma foi

Quand chacun me trompe d’inconsistance

A violer la règle en  leur folle insistance

En  stimulant  par action mon  triste  désarroi

 

Si je pense, si je dis, je suis l’inqualifiable

Autodidacte de la pensée et de l’esprit

Qui méconnaît la leçon de ces dirigeants épris

 Par leur  pouvoir,  de n’être jamais  modifiable

 

Je me sens crasseux et pouilleux des misères

De tous ceux que l’on rejette comme des rebus

À la fosse des damnes  aux   demandes imbus

Cette  pauvreté qui sème  les  troubles comme  peur

 

Je ne voudrai que nos chefs au trois quart de Smig

Vivent dans  le bonheur de pouvoir mieux crever

Dans un travail  où l’on  pompera leur vitalité

Et les magnats du fric  s’enrichir  de  leurs  tiques

 

Si vous donnez un travail  précaire , donnez la dignité

Ne faites pas de ces hommes  et  de ces femmes

Des êtres inférieurs, esclaves  modernes d’être  fans

De vos paroles irrationnelles qui irritent factieuse ma pensée

 

Vous les nantis du pouvoir, frénétiques des euros

Qui pourchassaient le mandat, député de l’Europe

Faites amendes altruistes,  déposez  votre  pelote

Que vous avez engrangée de la voix de tous ces héros

 

Je rêve d’être dans ce monde  de la grande solidarité

Où chacun se comprend pour la bonne égalité

Bannière de notre peuple  oublié  par la fraternité

De ceux ci qui pose la règle pour l’autre,  le déshérité.

 

Ne me dites pas ce sont des abuseurs, des tricheurs

Des tire au flanc, des faignants, des imposteurs,

Quelques-uns peut-être, mais  de combien abandonnés

Par ces délocalisations ou ces licenciements financiers

Ne me parlez plus de fraternité mais de voleurs de sueurs

Ceux qui légalisent ces lois scélérates

Celles qui détruisent les victoires  sociales de nos ainés

☼ƑƇ

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans vie quotidienne
commenter cet article

Présentation

  • : Bouquet de poésies
  • Bouquet de poésies
  • : l'histoire d'une vie de poète au jour le jour, tout est instant de poésie, le passé de ma jeunesse en Lorraine , celui vécu pendant 30 ans vécu sur l'ile de la Réunion , mais plus encore la vie amoureuse c'est quoi? tout autant le ce qu'ont été, ce que sont, ce que seront mes pensées, mes joies, mes inquiétudes mes désirs ; le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui , le monde de demain
  • Contact

Recherche