Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 12:21
Parodie d'amour

 

Parodie de l’amour, voilà une triste vie

Il racontait ses amours, sur le parvis

Pas le mien,  c’est un véritable   oubli

Je n’étais pour lui qu’un large  surplis

 

Ces baisers ils me les donnaient salés

Pour épicer sa trop  grande générosité

A me faire croire  son désir d’inhabilité

Au  voyage amoureux sans  objectivité

 

Il me susurrait des mots  d’inefficacité

Que je cueillais  fruits  de ma réalité

Là ils pourrissaient sur ses lèvres sevrées

En ma trop grande bonté de les accepter

 

Ses caresses titillaient mon émotivité

Mais ces doigts se crispaient  d’indignité

De se fourvoyer dans mon bonheur avoué

A lui tendre ma peau pour lui une calamité

 

Ses yeux me récitaient des prières qualifiées

Nuisibles pour mon avenir  de se faire violer

Je ne rechignais pas  à cette lueur  bafouée

Ma lumière se désunissait  à sa pugnacité

 

Quand au soir il m’appelait avec férocité

Pour me dire mon bel   amour en rapidité

Je ressentais la lame de sa perfidie déployée

A ne vouloir que le pauvre charnel à tutoyer

 

Et  mon cœur, mon pauvre cœur dilapidé

N’a pas résisté à sa présence diligentée

De son souci de profiter de mes bontés

Je l’ai rejeté au loin, de sa  vile affectuosité.

 

Je me suis résignée, on ne peut aimer

Que celui qui vous offre son amour

Et dont la fidélité n’admet aucun  détour

Quand justification a été d’avoir été débauché

☼₣€

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans amour perdu
commenter cet article
13 avril 2016 3 13 /04 /avril /2016 17:00
Un trésor de mots d'amitié

J’ai fermé calme  la fenêtre du passé

Oppression destructrice tu m’as regardé

Et radieux je t’ai jette un  grand sort

Et en ce jour de joie,  serein je m’endors

 

Le rêve éveillé aux couleurs des étés

Festoie aux plaisirs des douces beautés

Heureux  je chante et je ris à la vie

Sur le liseré de mes endiablées  envies

 

Le bonheur joue sur ma jouissive  pensée

A des jeux collectifs  de grandes diversités

Les amitiés naissantes  se clonent  au paradis

De nos bontés anoblies par trop  bien desservies

 

J’en reprends, j’en redonne tout aisé

Et vos yeux  impatients osent me fredonner

Sur le jeu de piste de  vos bonnes  affections

Donnez-moi toujours ces  grandes satisfactions

 

J’ai perdu l’amour, mais voilà présente l’Amitié

Et la tourterelle  complice à vouloir  savourer

Ce joli  brin à déposer au nid de  la folle  passion

Aide nos âmes à patauger nos joyeuses émotions

 

Je partirai seul  en solitude, mais je reviendrai

Chaque jour vous déposer sans contrainte viciée

Ce que mon cœur aimant  peut donner d’intensité

Ce petit rien, un trésor contenant mes mots d’amitié.

☼₣€

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans amitié
commenter cet article
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 12:18
Passion et poésie (acrostiche)

Passion et poésie

 

Pour donner un sens nouveau à votre vie

Armez-vous patient d’une  fraiche  envie

Satisfaction  sur  l’instant  de votre doux plaisir

Sautillez pas à pas sur les mots pour se prémunir

Indifférent à l’ignominie des critiques perverses

Omniscient dans l’humilité des valeurs adverses

N’importe !  sera-t’il que vos vers soit tendresse

 

Estimez qu’il vous fallût un simple instant

Tentez,  un poème passion,  j’y souscrits

 

Pensez que  jeunesse  d’esprit vous immunise

Omniprésente sa diplomate  présence d’ami

Entre vous et bien d’autres trouvez ce paradis

Splendeur de votre passion pour la belle poésie

Insistez  d’un écrit vous en serez  plus qu’étonné

Epris  on y reste jovialement à jamais piégé

Sens d’une vie,  scellé à vos mots louangés.

☼₣€

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans acrostiche
commenter cet article
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 15:34
Notre mot d'amour

Ps : cette poésie contient un mot d’amour que vous pouvez lire en lisant la sixième syllabe de chaque vers du premier vers au dernier vers-(les syllabes sont cochées en gras italique pour une meilleure lecture)

 

 

 

 

Notre mot d’amour

 

 

L’horizon des beautés  m’offre

Le précieux du  soyeux bonheur

Je voudrai que ton soi ait coffre

De tout ce merveilleux en ton cœur

 

Je cherche un abri lumineux

Là où mes ardeurs brillent sages

Quand ma gaie pensée au radieux

S’élancera au  fond de ta rage

 

Ton grand plaisir est de m’aimer

Engendrant d’instinct mon rêve

Il explose dans mon cœur couché

Sur le beau papegai qui s’élève

 

O que ne serai-je sans toi

A ton silence je hantais ma vie

Mais ton image me tutoie

Pour me tirailler à l’envie

 

Je m’approcherai si haut

Pour trouver mon info sensée

Celle de cette embellie du beau

Quand je retrouve mon aimée

 

La fête sera à son comble

Tu seras mon glamour  d’amour

Je te comblerai présentement

Le cœur bien trop soucieux pour t’aimer

☼₣€

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Amour prélude
commenter cet article
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 11:30
Mon gabariage

 

Mon gabariage pourra t’il entamer

La construction, du  projet de mon salut

Dans ce monde où  le pouvoir  farfelu

Là; nous confit, aux   mortifications insensées

En ces guerres, ravageant l’innocent dupé

 

J’ai tenu fièrement traceret de l’humilité

Pour regarder de ma hauteur , le monde vicié

J’ai imaginé  un nouvel ordre,  non rancunier

Pour abolir instantané et en tout lieu l’iniquité

 

Je voulais pourfendre, toutes les injustices

Renverser  les dictats, tous ces vils illuminés

Désamorcer les bombes  des justiciers

Tendre à la connaissance,  la morale salvatrice

 

Ô grand malheur! Je ne jouissais pas  de ce don

Offrir à chacun, des barils de pétrole en ration

Des billets de toutes couleurs;  à l’effigie des nations

Parler des dieux qui préservent,   de toutes déraisons

 

Sur le palier de ma vie,  je me suis alors assis

J’y ai pleuré le tout du tout, de mon corps attristé

Et même ma  terre a rejeté, mes pleurs désoles

Chut l’Altruiste! Laisse-toi jouer aux bêtises de la piété

Ce monde regorge, d’ignobles fous  possédés

Mais qu'y  peut-il, ravagé par un pouvoir sans projet

Dont le seul idéal est sa cupidité

☼₣€

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans destin
commenter cet article
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 13:59
Mon ami l'abandonnique

Mon ami ne soit pas l’abandonnique

Je reste à tes coté pour te prodiguer

En toute sincérité mon aide assurée

Pour que tu ne puisses vivre agnostique

 

Je te défais de ton  rêve de l’absoluité

Pour que tu puisses  vivre le relatif

De ce monde  où chacun est attentif

Aux résultats de cet autre,  ancré à  l’absurdité

 

N’écoute pas les grands  fabulateurs

Ils te diront que ta raison n’est pas raison

Que leur label  garde l’absolu pour saison

Quand leur prêche  t’empêche d’être  initiateur

 

Si tu restes à mes cotés, nous serons contrainte

Pour tous ceux qui oseront sciemment  nous renier

Ensemble nous poserons les barrières  de l’indignité

Pour que puisse se tourmenter  ceux de notre crainte.

 

Nous devons être nous

Notre pensée être nous

Notre raison être nous

Ce tout en nous qui soit nous

☼ƑƇ

Mon ami l'abandonnique

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans amitié
commenter cet article
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 11:58
La sagesse du beau

Des gerbes  fleuries de bonté

Se déposent sur vos corps

Offrandes  et dons de mon port

Celui où accoste  mon humanité

 

Aux quatre coins du monde animé

Je voudrai parsemer des ondes heureuses

Pour délivrer les pleurs de l’affreuse

Cette vilénie,  malheur des calamités

 

Pouvoir offrir altruiste biens de mon esprit

Sans condition, trésor de mon coeur

Pour vous ouvrir les portes du bonheur

 

Pèlerin  de la mystique poésie des avenirs

Je trempe ma plume du sang de mes mots

Objet d alliance qui abrite sagesse du beau.

☼₣€

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans poesie-poetes
commenter cet article
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 21:02
Toi poussière de poussières

 

Oh toi poussière de poussières

Qui engendra à ta source primaire

L’humain vulgaire

Laisse-le regarder le temple de l’univers

Il y découvrira, de  ne pas être  lumière

Et de  prendre au creux de sa main la prudence

 

Humain sur ton petit monticule happe l’humilité

Tu ne diriges pas, cet univers  emphytéotique

Tu ne fais pas orbiter, la céleste  voie lactée

Ne te crois  pas,  expert de la rhétorique

Pour nous administrer tes dires soporifiques

 

Ne joue pas à la super nova explosive

Tu pourrais  t’exterminer,   avant ta finitude

Et retrouver le berceau, de ta  solitude

Ce néant d’où  ta vraie nature, ne fut pas oisive

Quand néant fut transport de fusion instinctive

 

Alors toi, être humain recueilles charitable

Toute cette science, cadeau de la nature

Partage-la avec, toute ta  belle  progéniture

Pour qu’avenir  régénéré,  lui  soit profitable

 

Quand tu ne sauras pas, quand tu ne pourras pas

Ne soit pas intransigeant, avec ta  rigide  pensée

Laisse-la se reposer, car il sera  temps pour  la rassurer

Et ne pas défenestrer, notre bonheur, ô tracas

 

Humain ne rêves pas ,nous ne serons jamais éternel

Notre morceau de cailloux se peuple trop vite

La faim, la soif, le travail  seront un vide

Que ta modernité ne remplacera d'artificiel

 

Nous qui sommes exiguïté  de la petitesse

Nous ne demandons qu’à vivre,  au soin du bonheur

Celui qui exige n’être illusion, au profond de notre peur

Quand   savants recherchent   profits de bassesses

Ils nous  trompent sur l'us de leurs machiavéliques découvertes

Ils  nous  offrent,  à croire que science est sapience

Quand la modernité devient  insidieuse ivresse

Il est alors nature pour exiger de nous, plus de  sagesse

Médite humain avant  que ne soit l'heure de ta tristesse

Tu n’es rien, si ! Une poussière de poussières

☼₣€

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans avenir-futur
commenter cet article
29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 16:06
Les anges pouilleux

 

Regards sur le vide de leur vie

Les anges  pouilleux  songent

A ces jours  fragiles qui les rongent

De la crasse qu’entretient  leur survie

 

Enfant tu  ne voles, chipes-tu pour survivre

Pourquoi te condamner, toi l’intransigeant

De ce  crime fallacieux  d’être un  indigent

Dans l’exercice de ton  droit universel de vivre

 

Toi l’innocent,  l’humanité te  protège-elle

Quand seul te  voilà jeté, aux caprices des pourris

Serviteur oppressé  de leur grand profit

Ils te détruisent au savoir de leur bagatelles

 

Repus et nantis ils se fabriquent des alibis

Pour l’aide frauduleuse qu’ils te  prodiguent

Pour mieux assouvir leur soif   de mille  intrigues

Qui te mènera  inconnu vers ton  dernier mouroir

 

Humanité protège tes enfants,  d’un don de  bonheur

Ne  les instruit pas,  de la haine de l’incivile  rue

Qui laissera indélébile ce mal, rognant le bien en leur vue

Quand adultes ils auront souvenirs de leurs terribles  peurs

 

Humanité dépose ce grand cadeau,  au cœur de  tes enfants

Ordonne que  paix soit,  pour qu’ils  participent à de sages  jeux

 Enfance à jamais  tranquillisée dans des bras enjoués

Quand la grande  amitié rassemblera tous les  vivants.

 

Du nord au sud, de l'est à l'ouest

Que tous ces innocents,  anges heureux

Puissent jouer dans  un monde merveilleux

☼₣€

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Enfant
commenter cet article
29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 01:19
Ma volonté je hais ta vérité

 

Ma volonté,  je hais ta vérité

En ce vouloir pour pouvoir

Ouvrir spontané, la porte  du noir

Où se morfond servitude imposée

 

Je voudrai,  mais je ne peux

Engendrer  ce bel  acte voulu

Source de ma bonne vertu

Iniquité contraire à mes vœux

 

Je ne demande pas une  grâce

Pour différencier le bien du  mal

Mon humanité est mon fanal

Qui éclaire ma raison, vers cette trace

 

Le libre arbitre de ma volonté

Me donne toute les justes  attitudes

Pour me sauver de ces servitudes

Qui froissent, mon besoin du je peux

 

Quand mon pouvoir s’acquittera  du  bien

Il ne déversera que ce fond d’humanité

Indispensable pour retrouver la paix

Celle intérieure de mon esprit cartésien

 

Si mon vouloir instantané,  peut le mensonge

Il ne sera pas le mal, mais guidera  le bien

Pour  ne pas châtier, aveuglément par ce lien

Celui de mon mal,  ami voisin de mes songes

 

Ma liberté m’apporte ces certitudes

Ma pensée se doit , de  pouvoir des vouloir

Qu’aucune autre volonté  ne mettra au mouroir

Elle donnera acte,  sans jamais d’inquiétudes

 

Et si je peux arrimer,  une sagesse à ma volonté

Quelle reste dans le juste et accepte le devoir

Elle saura avec équité,  échapper au défouloir

De ces fausses vérités qui ruinent sa sage  bonté.

☼₣€

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans pensées-esprit
commenter cet article

Présentation

  • : Bouquet de poésies
  • Bouquet de poésies
  • : l'histoire d'une vie de poète au jour le jour, tout est instant de poésie, le passé de ma jeunesse en Lorraine , celui vécu pendant 30 ans vécu sur l'ile de la Réunion , mais plus encore la vie amoureuse c'est quoi? tout autant le ce qu'ont été, ce que sont, ce que seront mes pensées, mes joies, mes inquiétudes mes désirs ; le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui , le monde de demain
  • Contact

Recherche