Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 11:40
Au manège du temps

Le bel enfant

Les yeux au vent

Dans  ses  rêves se prend

Au manége du temps

Son esprit souriant

Au  plaisir alléchant

D'un  clown rimailleur

Qui Lui fourbit d’une sage pudeur

Les pétales aux tons aguicheurs

Elles ’envolent gracieuses

sur le  regard du bel enfant rêveur

Ma jeunesse soudain   redescend

Dans le sentiment

De cet enfant déjouant

Le malheur ardent

De l’adulte incompétent

A n' être complice

d'une fraicheur 'enfance

quand lui n'a sourire  tentant

 

Il reviendra demain

Le clown de ton destin

Alors Garde chaque matin

Ton rire sain

Pour l’homme de dessein

Qui a bercé serein

D’un temps malin

Ce jour de bon rythme

Au fond ta bonne estime

Marque-le! Même ultime

Sur ton calepin au bon  goût

Qui ensoleille ta bonne  mine

Car je crains

Qu’un jour vain

Ton souvenir soit vilain

D'oublier ce jour de destin

Mais c’est certain

J’y conduirai ta main

De mon esprit câlin

Comme un  petit gamin.

☼ŦC

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Enfant
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 11:03
Peut-on aimer dans la frayeur

O toi l’ami

Que de soucis

Dans tes mots si jolis

A ces bonheurs je palis

Car le paradis

C’est un inédit

Comme l’amour aussi

Qui vous défie

Quand  bonheur

on se veut l'assortir

De jours pourris

Que rien ne vous est  interdit

Dans le ciel des orages inassouvis

En ces actes incompréensibles et barbares

Aussi !  Je marche dans la vomissure

Car J’aime mes amis, et  j’assure

Mais pas mes ennemis, démesure !

Non ! Je leur dis et leur jure

Je vous  maudis

Toutefois je vous respecte vous aussi

Mais vous aimer  , ô non suffit

Car Je suis votre proscrit

Que voilà un délit

D’être soumis

A la Pensée bannie

D’autre paradis

Que celui

Que je me bâtis

Solitaire réjoui

Celui de ma terre d’ici

 

Je cherche le bonheur

Loin de ces troubles

Que m’infligent les sermonneurs

Ils donnent des pâleurs

A ma pensée à chaque  heure

Où mes yeux croisent leurs maléfices

Doit-on accepter honneur factice

 En aimant dans la panique propice

O religion du bonheur

Qu’il est loin ton bon cœur

Alors ma terre est ma saveur

Mais je pleure ; je pleure

Ô Religion ton  prêche devient  leurre

Quand tes paroles bafouent  l’humain rêveur

En ses  rêves du vivre ensemble

Loin des peurs , des frayeurs imposées

Où le bon partage, l' échange fructueux

Garantit union, inclusion, division

de tous les sains  ensembles

☼ŦC

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans amitié
commenter cet article
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 15:12
Pourquoi détruire l'innocence

 

Immonde ce temps

Où il pleure abjurant

Quand le dément

De la guerre détruit

Le corps des enfants

Ces pauvres innocents

Il laisse crier son sentiment

A cette croix, a ces Dieux  du défi

Qui laissent l’innocent dans l’oubli

Crever d’indifférence accomplie

 

Il  aiguise son serment

D’être négligent

Au sermon des  récitants

De tous ces biens  pensants

Qui voient  l’homme autrement

Qu’homme passant

Pour retourner en son néant

 

Humain sois sage

Pense à ton passage

Sur cette terre d'usage

Il n’y a nul présage

Qu’aucun mage

N’aura  en otage

Pour prédire cette image

Que le néant nage

Oui ! Nage

Au dessus du ciel moutonneux

 

 Les Trous noirs servent  l’orage vicieux

Qui Fourbira ses sévices calamiteux

Alors ce néant  sera notre ancrage radieux

Jusqu’à la fin des âges séditieux

Le destin décompte le du de  son adage

Et le nom  des Dieux du mirage

Souffrira   aux rivages

De cette pensée sauvage.

Elle n’est  que sarcasme

 

Mais réalité du sage

Quand il ose tenir langage

Pour vous éviter dommage

 Qui ne vous préservera du naufrage

Tant bien vous ancrerez hommages

En ces prières de badinage

Elles ne vous seront d’aucun avantage

 

Seul l’humain doit sauver

Cette terre en son passage

Sa vie, la vie

Celle qui se  doit  d'être respectée

Tant bien l’autre tente de la saccager

En  vérité ! on se doit de couper

sans animosité mais couper

Toutes  les branches pourries

Qui gangrène le bon de l'humanité

On se doit cultiver une humanité libérée

Car seule morale de  notre  nature

se doit être  garante du bon fait

afin de nous préserver dans la sécurité

du temps  qu'au jour de notre naissance

Notre  nature innocente  nous a affecté

 ☼ƑƇ

 

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Enfant
commenter cet article
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 17:18

 

O toi mon soutien

Je suis tien

Mon esprit est vaurien

Et mon amour ne me retient

Quand tu viens

Au ciel aoûtien

Dans un  grand profit

Jumelé au mien comme bel alibi

D’un  je t’aime prétorien

Garantie d’un grand soutien

A notre amour diluvien

Je t’aime toi mon libre bien

Et le temps n’en saura rien

Aveugle de ce qu’il entretient

 

Et mes soupirs

Du trouble avenir

Je les ai vus s’assoupir

Au fond de mes sourires

Quand ils sont venus abréger

La page de ma vile pensée

Ils Rayonnaient  dans ma frénésie guindée

Courant preste pour me dire

N’ai plus peur de l’avenir

Son amour pourra te garantir

L’éternité s’est résolue à vous séduire.

☼ƑƇ

 

 

N'aie plus peur

Voir les commentaires

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans amour passion
commenter cet article
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 12:03
Non! Ne cherche malheurs

 

 

Il file sur le lac de l'éternité

Sa barcasse emporte ses âges

Le ciel est clair , rien n'est à signaler

Et sa pagaie s'enfonce  sûre

Dans le grand mystère de la vie

 

Les nuages des cieux font barrière

Sur la grande surface de l'avenir

Leurs reflets  parlent frissons à la vie

Mais il  ne veut, seul  voudrait-il

Trouver là bas, le sain du bonheur

 

Une bordée sur  ces paysages

Où le silence récite félicité

D'un monde qui dessine la paix

Alors  laisse l'horizon se rassurer

Reste quiet afin de le dépasser

 

Mais allons pourquoi autre bordée?

Qui  lui ferait retrouver

Grande folie de maléfices servis

Non ne cherche malheur

Il sera toujours heure

Pour que tu dusses prompt

Avoir à  t'en  bien débarrasser

 

En ce  docile,  plein milieu de lac

Où se joue un  destin survolté

Il aurait voulu s'ancrer là

Pour se retourner sur ce passé

Qui l'a mené là excité

En ce long voyage du bonheur

Mais qu'est-ce donc,   il lui reste

Tant à connaître du tout  de ce demain

 

Car le rivage de la fin des temps

S'approche, il le voit au loin

Mais il n'est pas pressé

Il n'a pas encore tout vu

Du ce que cette noble  nature

Peut lui offrir de plus beau

En ce qu'il n'a pas encore vu

alors oui ! Laissez-lui

S'ancrer là, qu'il profite

Toujours et encore de la vie

Avant de venir retrouver

Ce rivage qui voudrait en secret

Qu'il vienne le  retrouver

Pour lui parler d'un inconnu pays

Qu'il n'imagine,  si ce n'est

Par ces gens déboussolés

Qui en ont fait obligés

De chimériques  phantasmes

☼ŦC

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Bonheur
commenter cet article
5 juillet 2015 7 05 /07 /juillet /2015 14:54
Le gracieux petit pont

 

IJ promène la flamme de  mon âme

Dans le vague d'une riche  natureje

Je ne reconnaitsle gracieux petit pont

Qui s'est vêtu de sa pleine  verdure

Par les ans  qui voudraient le protéger

 

Sous sa carapace il laisse passer

Le vent frais qui le laisse tressaille

Le fluet  ruisseau  qui le laisse chanter

Et leurs   ondes sifflent avec mon esprit

Des saveurs que jamais tjene puis oublier

 

En Ma présence il respire le calme

Me laisse me coucher sur son  courage

Quand sa solitude le laisse à l'abandon

Passagère  sa  seule pluie lui offre baisers

II l'aime et s'en laisse pleurer  généreux

 

Ma pensée de lumières et d'ombres

Vient entourer son doux désir entrevu

Et jel'entourer jusqu'au coucher de la nuit

Quand le ciel ne sait plus  lui parler

Laissant aux étoiles entendre  ses vœux

 

Je garderai dans mon cœur ces instants

Où mon âme bienveillante l 'accompagne  sage

Dans une noble  méditation sur nos avenirs

Quand sera jour où nos os rouillés

Ne se  pourront plus supporter

 Le temps, l'instant  qui nous anéantira

☼ŦC

 

Le gracieux petit pont

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans destin
commenter cet article
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 19:12
Humains bluffés

 

O toi la rampante  nuisance

Quand ta drogue en puissance

Drogue qui offre illusions

Et ruine en la circonstance

Des  vies parcourant l'innocence

Toi tu ne fait abstinence

Jusqu’à l’indélébile démence

Laissez-moi en pénitence

D’aimer sans résistance

Dans le grand  silence

De mon assurance

Ceux qui n’ont suffisance

Pour sauver leur âme de ta souffrance

Quand ces dits  abjects en  profusion

Appartiennent à ces prisonniers d' aliénation

Aussi est-il  ma grande attention

Elle garde ceux ci dans  ma croyance

Que ta violence

que  ta véhémence

Se doit être régénérer sans  appétence

Pour retrouver doux chemins de la croyance

Remord soit leur bâton d' assistance

Cela évitera  de  les  voir

Nous  maudire  avec aisance

Mais d'aimer l'autre   avec constance

 

Aux défunts du fait

Mon esprit défait

S’empare du souvenir refait

Pour poser  sans méfait

Un baiser de fée

Sur vos  images recouvertes

Par mon cœur épris d’oboles offertes

Pour reconquérir le salut de vos vies

Quand religion ne se doit de  prêcher la haine

 

O mes yeux !  Vous découvrez   parfait

Perdus dans l’imparfait

Du tout de  ces humains  bluffés

Par le cru de ces prédictions fantasmées

Dans le concert d'un pouvoir revendiqué

Dont plus value  s'engrange d'égoïsme

Au profit de  la condition humaine  des étouffés

Il fut ce mal bestial qui a rongé votre  pureté

Alors que soit votre âme en paix

Au fond de  votre céleste repos

Loin de tous leurs bombes de maux

De leur décapitation sans tombeau

Qui nous démontre folie du religieux

Celui que l'on manipule  à des fins terrestres

☼ƑƇ

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans vérité
commenter cet article
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 17:15
C'était lui

 

Quel était cet homme

M'a t'on demandé

Je me suis laissé

Le décrire en entier

Il a un corps d'apollon

Une chevelure forestière

Des yeux de perdrix

Des tempes de passion

Des oreilles de métronome

Une bouche d'apparat

Des dents de rapace

Une langue  latine

Un menton  de balcon

Des joues à sourire

Je vous dirai mieux

Une face de théâtre

 

Vous voudriez  encore savoir

Un cou de feu

Une gorge profonde

Un bras de mer

Un poing de violence

Une main de secret

Un torse de prédateur

Des côtes  au vent

Des cuisses de taureau

des jambes de coursier

Des pieds de fantaisie

Des veines de trac

il était pour vrai tout cela

 

mais j'en dirai encore plus

que vous puissiez le connaitre

Sans avoir  à le rencontrer

 

Il a une âme de nomade

Un air de bout en train

Un port de passage

Un champ de victoire

Un regard de visionnaire

Un esprit de fou

Une expérience de savant

Une justesses en contrepoids

Un tout en déséquilibre

Mais qui en fait

Un  parfait équilibriste

 

 

Je voudrai en finir

Mais il me reste encore

A vous dire

Un dernier mot sur lui

 

Car tant était -il brave

Un caractère  souple

Ses pas toujours devant

Sa confiance un cadeau

Sa générosité milles dons

Sa diligence  sans réservation

Oui c'était lui

Ce brave gaillard d'ici

Qui n'est plus là

mais c'était bien lui

☼ŦC

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans amitié
commenter cet article
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 17:00
Mon empire

Que suis-je ,?Je suis ce que je suis

Patron parmi les patrons, seul au fond

De mon entreprise , je dis pardon

Je me limite au moi, production établie

 

Alors j'évite les palabres de chefs

Je ne vais à retraite monastique

Je ne fais aucun extra de polémiques

Je ne pleure liberté en ma nef

 

Ainsi convaincu du moi même

Je ne connais qu'un empire

Unique ordre du jour: Emblème

 

Empire où je gère loi  du pire

Dans la sagesse de mon âme , mon esprit

Où vous  repérerez flamme de mon sourire

☼ŦC

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Bonheur
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 15:15
Le sang d'une nature vivante

 

Je m'enchaîne à la nature

Prisonnier du temps

J'y trouve toutes les douceurs

Que la fragilité de mon cœur

Serre pour se rassurer

Dans le bruissement des feuilles

Qui me jouent partition

D'une musique sacré

 

 

ô magie de la lumière

 

Les fleurs se lèvent

Paradent à mes cotés

Les bouton d'or

Les coquelicots

Les camomilles

Les carmines

viennent ragaillardir

La prunelle  de mes yeux

Et sourire s'illumine

Pour leurs rendre

Leur générosité

 

ô magie de la lumière

 

Le ruisseau s'esclaffe

En ces mots légers

Qu'il me chuchite

Touchent mon âme

Qui fait grand silence

Pour découvrir

L'intime d'une joue

Qui caresse les galets

Et la laisse de son toucher

Les bien maquiller

D'un reflet d'humidité

Un dernier baiser

Puis se va, se va

Laver le gros rocher

Qui hébété par cet accueil

Se laisse embrasser

Sans voir la pureté

D'une transparence  d'eau

Par la pente transportée

 

ô magie de la lumière

 

Sur une branche dodue

Deux  sages tourtereaux

Se bisent le bec

Entrouvrent leur plumage

Pour se conter leur amour d'hier

Ils se parlent en symphonie

Un langage mystérieux

Où le bonheur

S'exprime avec facilité

 

ô magie de la lumière

 

Derrière une futaie

Un petit âne gris paresse

Tente de joues à la bataille

De mouches qui le chatouillent

La tendresse d'une mère

L'occupe à apprendre sa leçon

Il broute un peu d'herbe fraiche

Se rassoie repu dans les bras

D'une mère qui le câline

De son museau protecteur

 

ô magie de la lumière

 

Sur le bord d'un lac d'argent

Les cygnes déroulent le film

De cette nature enchanteresse

elle veille sur mon esprit

Et je me laisse vaquer

Sur le silence reposant

Mon âme attendrie  prie

Pour que  jamais ne s'arrête

Ces instants de   merveilles

Qui défilent sur la peau

D'un lac qui se détend

Dans cette atmosphère

Où  mon corps se laisse jouir

Dans  la plénitude du temps

Il me laisse l'écouter

Chanter louanges

Du battement de ces jours

Qui laissent s'écouler

Le sang  pur du bonheur  

D'une nature bien vivante

 

ô magie de ta lumière

☼ŦC

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Narure-environnement
commenter cet article

Présentation

  • : Bouquet de poésies
  • Bouquet de poésies
  • : l'histoire d'une vie de poète au jour le jour, tout est instant de poésie, le passé de ma jeunesse en Lorraine , celui vécu pendant 30 ans vécu sur l'ile de la Réunion , mais plus encore la vie amoureuse c'est quoi? tout autant le ce qu'ont été, ce que sont, ce que seront mes pensées, mes joies, mes inquiétudes mes désirs ; le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui , le monde de demain
  • Contact

Recherche