Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 15:29
Tâche noire du malheur

 

Prés du ruisseau où l'eau est si claire

Que de beauté n'avais -je à voir

Etais-je dans ce pays de l'éden

Que jeune,  mes parents  secrets

Me contaient à être ce paradis

Tout resterait  pour toujours 

A mes yeux  curieux ce  beau

 

Soucieux  je voulus attraper

un jour, le soleil qui là me titillait

Alors fut ce jour de plein été

Brave je  voulus lui parler

Les yeux dans les yeux

Pour donner à notre rapport

Une égalité en nos pouvoirs

Car en mon courage rien ne pouvait

Me faire frissonner  d'un  brin de peur

Quand votre bel environnement

N'est qu'un havre de douce paix

Peur qu'en votre grand jamais

Vous n'avez eu à imaginer

 

Alors mon courage s'est levé

Fier  a osé ,  le bien fixer

Pendant ce temps qui vous parait

Tout à la fois  court et long

Mais soudain une tâche noire

M'a obligé de baisser les yeux

Puis il s'en fut  soudain

Elle s'est envolée

 Dans un tourbillon venir

Me défier, m'assommer

Combien de temps suis-je resté là

Avant de m'en remettre

Mais!

Elle a continué

A me poursuivre

M'a fait trébucher

Comme un oiseau

De mauvaise augure

Tel ce grand rapace

Qui veut voler votre vie

 

Il est ce temps

Où en ces parfois

Cette tâche maléfique

Me laisse entrevoir

Le mal dans nos campagnes

Mon paradis a disparu

Il a  laissé place

A cet apocalypse

Auquel je ne veux croire

Mais qui  ensorcèle mon esprit

Quand je vois l'aigle  faire face

Au soleil, impunément

Dans le ciel gris où il le brave

Par delà les nuages ,

Par delà les espaces

Emportant en  son sillage le malheur

Et je ferme les yeux, ô malheur!

Afin de  retrouver le gai

De tous  mes jours heureux

Je ne fixe , je ne brave plus le soleil

Sa puissance n'a pas d'égal

Aussi n'est il point

 A vouloir le regarder

Il ne vous offrira que tâche noire

Qui annonce à votre porte malheur

Alors:

je ne regarde, je n'écoute, je ne m'entretient

 plus avec ces  homme d pouvoir

Ils tracent  tâche comme soleil

De notre avenir de malheur

 

☼ŦC

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans vie quotidienne
commenter cet article
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 17:16
J'attends les as

Dans ma sage  caverne

Quand  au soir je m'enferme

Au fond d'une prolifique  ferme

Là où les mots germent

D’une  intention reine

Pour  partager les pensées sereines

de mon esprit qui m’entraînes

Sur les chemins du poème

Quelle belle chance

Ce sang dans mes artères en transe

Il étrenne austère avec insistance

Le carême du caractère

De mon humilité salutaire

Quand seul sur la terre

Du bonheur extrême

Mon  regard se perd sur la plaine

de tous   ces amis bohèmes

Qui ne me  laissent jamais  à la  peine

En tous leurs écrits  en chaîne

Quand Ils vous prodiguent saine

Une jubilation   sans gêne

Dans ce noir dépourvu de dilemme

Moi  je  rêve débarrassé  de haine

Vers ces  demain de l’aubaine

 

Le temps rapace

Sur la surface

De mon audace

Ronge la face

De mon esprit en disgrâce

Quand m'agace

La seconde qui se va

O vilaine paria

Des saisons d’inefficaces noubas

Le printemps repasse

L'été s'efface

L'automne me dépasse

L'hiver se prélasse

Joyeux d'être déjà en face

De ma pensée qui se lasse

De ne pouvoir s’arrêter sur place

Ô temps tu  nous terrasses

Mais mes amis te débordent

Pour m’offrir du fond de  leur horde

Leurs instants de  cohortes

Quand ils m’offrent en masse

Tous ces mots qui me délassent

Alors Je ne suis pas las

J'attends l’œuvre  des as

Ceux de la poésie qui me délasse

Quand rêves à la nuit  je  cadenasse.

car demain il faut que je rêvasse

Pour vous avoir hôte à la chasse

De tous mes vers que  vous choyasse

juste récompense d'un partage efficace

☼ŦC

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans amitié
commenter cet article
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 10:29
Victime sans défense

 

Il se cache

On le cache

Comme argent

Que l'on blanchit

Dans la masse

Ultime Mensonge

De Provocation

Pour le grand oubli

Il ne sera demain

mais lui

Toujours présent

Vous volera

Nous volera

Les volera

Mais on ne lesaura

 

Ce n'est nom

Fut-il puissant

Qui vous vole

Qui nous vole

C'est celui qui l'impose

Celui qui le dépose

Pour cacher délit

Pour cacher maléfice

Celui qui ne dit

Toute la vérité

Qu'assure sincérité

Pour prouver droiture

 

Il est nom

Nom universel

Qu'une révolution

Nous a offert

Nous les républicains

Quand royauté

Fut mise hors

De nos terres

Ce fut choix

D'un peuple

Affamé

Indigné

Révolté

Par tous le mal fait

 

Ce nouveau nom

Qu'il s'approprie

Qui appartient à chacun

Qui appartient à tous

Que l'on ne peut voler

Que l'on ne peut s'attribuer

A titre particulier

Je ne veux être complice

je ne veux être pris au jeu

je ne veux faire alliance

Aux dols , aux vols

Aux détournements

Aux fraudes

Aux évasions

Aux méfaits

De ceux ,

Ces licencieux

Qui en ce nom

entacherait

Mon identité

De républicain

Et qui aidés

Par une justice

Plaidant à décharge

Pour le grand profit

De tous ces protégés

 Les laissent indolents

Nous faire croire

Que leur confessions

que leurs témoignages

Ne sont pas leurre

Pour mieux nous asservir

Et mettre en compost

Notre fond de pensées

Qui font de nous

Des victimes

Sans défense

☼ŦC

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans politique
commenter cet article
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 13:00
Cette noble musique

 

Allongé su le doux coussin

Du pré vert de ma mémoire

Je laisse s'envoler au vent

Cette noble  musique

Que ces gens d'hier  ont

De leur génie composée

je perçois la fraîcheur

d'une bise charnelle

Que la brise m'offre

Alors je me laisse emporter

Sur  un rêve exalté

Mozart, Beethoven,

Strauss,  Wagner, Haydn

Accompagnent  mon délire

Dans les pas placides

Du bonheur en goguette

 

Un carrosse de charme

Vient accueillir mes yeux

La  languissante mélodie

Signe  câlins à la main

Du beau de mon esprit

Qui se laissent bercer

Par ces parfums sautillant

D' un menuet de sage  portée

 

 

Une silhouette belle

Dans sa capeline  fleurie

Me laisse lui faire révérence

Ses yeux pus comme l'azur

Envoute mon silence

Son regard émouvant

Comme notes légères

Qui s'envolent allégrement

 troublent sagesse

 de mon âme rayonnante

Dans ce bonheur impalpable

Que me procure ivresse

Il est  musique envoûtante

Que mon grand cœur chérit

 

 

 Je me baigne dans cette candeur

Alors mon âme se veut penser

suis-je  hier , suis je ce jour

j'étais là quand les premières notes

sont venues fendre le temps

Fendre le vent, fendre mon cœur

Et mon rêve s'en souvient

Nous étions là tous les deux

Dans l'étreinte de ce temps

Afin d'admirer ces beautés

Qui ne nous ont jamais quittées

☼ŦC

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans musique
commenter cet article
4 juin 2015 4 04 /06 /juin /2015 14:34
Tout revit

Tout s'éteint

Sans teint

Jour se plaint

Quel destin

Ne serre la main

A nuit au matin

 

Tout s'endort

La plaine dort

Forêt  dort

Campagne dort

Ville dort

Noir est dehors

Et encor

Lune dort

Et la mort

Sans remord

S'endort

Soudain

Rumeur sort

 

Retrouve le sain

Joli matin

Qu'un essaim

De bel entrain

Du destin

Il offre faim

De vie enfin

A l'humain

Laissant l'incertain

Pour trouver certain

Du bon parrain

D'un esprit sain

 

 

Il est , sera

Ta sagesse

N'est paresse

Quand rudesse

De tristesse

Affole hardiesse

combat qui agresse

Besoin de caresses

Alors ne laisse

La nuit

Cette ogresse

Mordre ta sagesse

 

Il est nuit

Cela ne nuit

A la vie

Rêve d'infini

Qui ne finit

Qu'au jour d'inédit

Quand pensée en liesse

Offre déni

Pour  retrouver vie

Au jour béni

Où corps obéit

Au spirituel fourbi

Par l'envie

Du repenti

Ce n'est délit

Mais inefficace pari

Quand tout revit

Pour ta survie

Il est "tabli

La nature surgit

Surgira ici

Elle a défini

Règle sans soucis

Pour t'éviter pardi

De naître gentil

 et d'être gentil

pour t'éviter conflit

Qui n'apporte garantie

Nature  vous  sourit

Pour  vous garder en vie

fut-il que vous l'aimiez

toujoursainsi

☼ŦC

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Vie au quotidien
commenter cet article
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 14:08
Toi ma R"union d'amour

 

L'amour ne sera  plus  en ce demain

Pour recouvrir le grand lit de mes désirs

J'ai perdu à la nuit cette juste espérance

Que ne vaille l'attente,  rien ne m'attend

 

Je me transporterai enjoué sur le vol

Où se va tendrement ma nostalgie

Quand jeunesse jouait avec le soleil

Et que mon ombre caressait son sol

 

Celui d'une Ile aux parfums  envoutants

Quand j'épousais de mes yeux heureux

Le voile de la mariée au fond d'un cirque

blotti dans un cortège de routes vers Salazie

 

Mon amour s'évadait sur la plaine des sables

Une éruption fulgurante de  sentiments retrouvait

Le ciel clair de mes pensées qui s'écoulaient

Au grés de la somptueuse lave du cratère Bory

 

Mais là bas la mer  câline m'appelait  à Manapany

Pittoresques délices d'une jolie  baie bleu azur

Où d'ancrés rochers émergeants tendaient leurs bras

Au sons et lumières infatigables de la mer fugueuse

 

Laissez moi dormir! je respire tout ce bel amour

D'une Ile majestueuse  que j'ai laissée orpheline

De ma présence qui voudrait lui offrir  doux baisers

Ô toi ma Réunion d'amour , mon ile de bourbon

☼ŦC

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans ILe de la reunion
commenter cet article
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 10:28
Mon regard scrute l'horieon

Assis pensif sur une roche millénaire

Mon regard curieux scrute  l'horizon

Là bas il dévore le soleil  sans façon

Le saigne dans ses bras tentaculaires

 

Les plaines tressaillent sous le luminaire

Je ressens dans leur démarche tension

Quand l'ultime  lumière avec bonne raison

Les entraine au fond  noir vers le calvaire

 

La nuit gloutonne  lèche la parures des forêts

Elle  déposent triste leur manteaux de  velours

Au vestiaire du silence de mes yeux  couchés

 

Les ténèbres pénétrants transportent ma joie

Dans les nébuleux gouffres  du  sage bonheur

Où mes rêves jouent sur scène du décor  renvoi

☼ŦC

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans bonheur
commenter cet article
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 19:39
Ce grand désir de volupté

Que ferai-je l'âme perdue

Si tu n'étais là à consoler

Ce grand désir  de volupté

Que m'apporte ta beauté ténue

 

Ma faim ne sera jamais  repue

A ne pouvoir  me savoir  être aimé

Du plus de ma passion obsédée

De s'abreuver à ton envie   férue

 

Je viendrai me reposer sage

Sur la volonté de mon devoir

Pour prospecter tous tes rivages

 

Que soit vivifiant mon espoir

De trouver rivage  en ton visage

Où l'écho de mes baisers se propage

aux contrées de ton  miroir

☼ŦC

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans amour passion
commenter cet article
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 18:07
Bonne fête Maman

 

Ô Maman douce Maman, une riche envolée

Comme hirondelles printanières en leur bec posent

Sur tes tendres joues plus de mille baisers

Venu d’un amour rageur qui enfin se repose

 

J’oublie mes craintes au fond de tes câlins

Quand pressée,  tu me dodelines, fatiguée

Mais radieuse et fière tu t’obliges à  m’apaiser

Dans un bonheur subtil,  sain et sans fin.

 

Tes yeux purs me disent gais en prophétie

Tout mon devenir d‘enfant à l’âme  choyée

Qui accepte  ce grand gage d’amour à satiété

Dans ton cristallin   silence  clair et lucide.

 

Mon sommeil  placide s’auréole de bons éveils

Par ta maternelle voix douce où germe gousse

De mon sain besoin ludique qui émousse

Ton éloquente   passion qui là m’émerveille

 

J’ouvre les yeux curieux,  un souffle lent passe

Du bout de tes doigts  angéliques tu  me racontes

Ton plaisir de partager gaie,  cette bonté d’onde

Qui parcourt docile nos deux attirants corps voraces

 

Ô Maman douce maman

Mon amour, cette œuvre d’orfèvre

Greffe à ta  passion

Mon bonheur d’admiration

Ô Maman douce maman

Mon âme, cette tendre affection

T’offrent toutes mes inspirations

Pour te tendre toute sa fièvre

Ô Maman douce maman

Je t’aime

Bonne fête maman

☼ƑƇ

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Enfant
commenter cet article
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 15:43
Le clown est venu

Le clown est venu

Dans sa bariolée tenue

Alléchant notre vue

De ses bévues

Qui l’eu cru

Quand sortie des nues

Sa larme imprévue

Roula inattendue

sur sa joue rassurée

Emotion  aux  rires dispensés

Par  l’innocence  nue

D’enfants  aux sentiments férus

Du  bonheur  dru

Ceux que leurs déposent  Mario confus

Quand il montre cette larme perdue

Par son amour  ému

De toucher ces cœurs têtus

Qui  lui prouvent jamais  repus

Leur plaisir sans retenu

 

O riches yeux d’enfants

Quels beaux sentiments

Votre amour dément

Pour le clown jouant

Aux gestes intrigants

Accrochés à ses mots rigolos

Qui vous offre  visage en  repos

Gardez lui toujours constant

Votre amour d’enfant

Afin qu’il continue longtemps

De vous donner aimant

Toute cette joie de géant

☼ƑƇ

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Enfant
commenter cet article

Présentation

  • : Bouquet de poésies
  • Bouquet de poésies
  • : l'histoire d'une vie de poète au jour le jour, tout est instant de poésie, le passé de ma jeunesse en Lorraine , celui vécu pendant 30 ans vécu sur l'ile de la Réunion , mais plus encore la vie amoureuse c'est quoi? tout autant le ce qu'ont été, ce que sont, ce que seront mes pensées, mes joies, mes inquiétudes mes désirs ; le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui , le monde de demain
  • Contact

Recherche