Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 13:10
5614346142_e5e96cb04b.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Suivez ce pas que vous poursuivez

Chantez maintenant avant de déchanter

Tourna ce dos qui se retourna

Joua ce visage qui vous déjoua

 

Déception de cette mauvaise réception

Impulsion vers une rêche  répulsion

Cris d’horreur pitoyable que je décris

Unis à ma détresse elle se désunit

 

Visage  d’Eve souriant  que je dévisage

Rage de voir  le vil dans le beau j’enrage

Tache  affolante  sur mes yeux je les détache

Mâche des mots incongrus que je remâche

 

Cercle de ses yeux que j’encercle

Boucle des regards que je déboucle

Joue de ses éclats qui me  déjouent

Noue son amour fou  il me dénoue

 

Transe d’un cœur dans cette entrance

Pense à ses sens que je dépense

Ment pour ne pas être un dément

Sens anoblit par l’aimable  décence

 

Donner mon sentiment et le redonner

Charger mes pulsions et les décharger

Leste de mes amours comme un divin céleste

Tresse  mes désirs ailleurs qu’en la détresse

 

Trouve en ce visage un plaisir, je le retrouve

Prouve moi ta pureté que je l’approuve

Bords  des bonheurs  que j’instruits et arbore

Corps  sachez   que votre beauté ne m’est encore.

☼₣€

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans amour premisse
commenter cet article
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 16:33
4322388315_4313a3447b.jpg

Image d’un  regard d’or, je la vois belle

Elle dort sage dans le creux de mon doux  cœur

Sous mes  yeux  guidés vers l’amour éternel

Image d’un  regard d’or, je la vois  belle

Fidèle je suis sa seule  sentinelle

Pour lui  éviter vie de  vile  peur

Image d’un  regard  d’or,  je la vois  belle

Elle dort sage dans le creux de mon doux  coeur

☼ƑƇ

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Amour prélude
commenter cet article
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 11:34

3545478170_8c1f0d6578.jpg

 

 

 

J’ai effeuillé la rose

Je l’aimais dans sa pose

Elle me disait veloutée, son naturel

Pour m’accueillir belle  en osmose

 

Et chaque corolle soyeuse

De sa couleur doucereuse

Enivre mon âme dévote

Qui se dévoile radieuse

 

Et le nectar de ses parfums

Engorge mon amour  surfin

Dans une mielleuse  fringale

Qui se fortifie à son demain

 

Et tes épines griffent  sûr

Ton besoin d’être toute pure

Te susurre mes yeux  qui te  le garantissent

Voilà  sagace  toucher, ô je te rassure

 

Et la rose d’amour  pleure

Tous ses grands bonheurs

A la rosée de  multiples  bouquets

Dessein infatigable de mon  cœur

 

Et la rose neuve  de sève

À l’éternel de cette géante nef

Cathédrale de mon bon domaine

Te prie mon cœur ; je te le greffe

 

Et  à l’écrin passion  se mit

Fleur  épanouie,  pétales serties

Dans mon cœur  allègre

Pour  te  cueillir fraîche dans ma vie.

☼₣€

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Narure-environnement
commenter cet article
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 19:00

4627547490_527c8ef6f0.jpg

 

 

Ô Mère, ô Mère écoute moi

Je suis en émoi

Ne plus être sous ton toi

Ne me laisse pas sans lumière

 

Ce cœur que tu m’as donné

Bat à ton unisson  enjoué

Pulsions d’amour  répétées

Sur tes yeux admiratifs

 

Tu as éduqué mes pensées

Pour que reste ta fille aimée

Celle qui te donne un baiser

Chaque matin présent et à venir

 

Ne te rend pas malade

Mon absence est une ballade

Au fond de mon jardin d’aubade

Pour fleurir notre amour tournant carrousel

 

Je te sers contre mon cœur  ici

Sur le parvis de mon esprit

Je sens ta chaleur  qui me garantit

Notre  passion  en ma si  belle bravade

 

Je tremble Mère, de ces bonheurs

A me reposer  sur ton cœur

Où se dévoilent toutes les saveurs

Je t’aime maman, enlacée à ton sentiment  

☼₣€

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Enfant
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 22:05

4123252604_ddc0011e4e.jpg

 

 

Je pleure  mon silence

De ne pouvoir  en transe

Dire  toute cette violence

A me supporter ta peur

 

Avenir ma terre

Bafouée je  te serre

Sur mes pensées sévères

Issues de tous ces vils esprits

 

Ils t’avilissent

Je ne veux que tu périsses

Comme  ces immondices

Aux fonds des abimes

 

Ma terre  je t’encourage

Tu es trop belle la sage

Pour t’avilir à l’usage

Mais mauvais est l’augure

 

Alors mes pleurs suintent

Ce n’est pas une feinte

Te voilà peinte

Dans mes yeux  d’affection

 

Je me console

Me voilà folle

D’amour pour ta corolle

Qui soudain se panique

 

Qu’enfin  te voir heureuse

Plus du tout,  peureuse

Quand ma peinture  doucereuse

Te  couchait en larmes amoureuses

Sur ma toile aux  rêveries flamboyantes

 

☼₣€

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Narure-environnement
commenter cet article
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 13:45

7495879734_b2fc2e473b.jpg

 

 

 

L’univers se compose de binômes

Dans des contraires  qui se dénomment

Il en est un  révélateur qui façonne les vies

La bonne et la mauvaise unité d’humanité

Qui se transforme mauvais ou  bon aux grés…

 

Le bon à la supériorité  il supervise  la morale

Il est capacité du puissant qui règne sans scandale

Il est la loi des surpuissant et donne le tempo

Suivre résolu sa  vertu dans la règle du plus fort

Il vous en coûtera de le suivre  jusqu’à votre mort

 

Le mauvais s’accommode  de la moindre bassesse

Ceux de la servitude  qui ne peuvent  serait-ce…

Prôner d’exiger le bon dans leur basse fonction

Ils n’ont de fuite  que de pratiquer ce mauvais

De l’être inférieur   au profit de ce bon  satisfait

 

L’inférieur pourra t-il  son impuissance la transmuer

Au rang du bon en son caractère de  grande  bonté

Il devra ériger sa haine sur les hauts de l’obéissance

Transformer sa bassesse en une vivifiante humilité

Aussi  toutes subjections négatives devront se bonifier

 

Notre morale peut-elle s’approprier  le bon des puissants

Pourrai-je  promettre le bon quand je suis ce mauvais résistant

Qui  s’ose à exiger le contraire du bon  de tous ces tout  bon

Quand Je ne puis être qu’un inférieur à la morale scélérate

Il en va ainsi de toute morale religieuse dont je ne suis avocate.

☼₣€

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans philosophie
commenter cet article
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 11:36

5815552562_024ba60e0f.jpg

 

 

Oh rêves laisse moi  quiet

Ne profite pas de mes bontés

J’ai marché sur les nuages

Pour les percer  bien sage

Et donner l’eau aux assoiffés

 

J’ai couru vers les abîmes

Embrasser les mauvaises  mines

De ces morts au linceul blanchis

Pour les soulever assagis  à la vie

Et qu’ils sachent que là est leur paradis

 

J’ai aspiré la couche d’ozone

Je n’ai manqué aucune zone

Et la forêt s’est aussitôt reverdie

Les animaux se sont ragaillardis

Pour les petits enfants plus d’asphyxie

 

J’ai aidé le bon vent à se défaire

Des  vilenies  de  notre  grande sphère

Il y avait de par le monde tant à faire

Que mon rêve  s’est dissipé aux frontières

Où  trop d’innocents  jonchaient les parterres

 

Oh mon rêve oh mon rêve  espéré

Tu n’es pas ô  dommage la réalité

Mais je voudrai  vif te  protéger

Te conduire  sur les âmes et les toumenter

Que leurs actions assassines n’oublient pitié.

 

Vous les puissants laissez vous rêver

Le matin vous rappellera au tôt levé

Que notre monde réel n’a rien de  parfait

☼₣€

 

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Rêves
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 12:03

5618435176_a12bb7a825.jpg

 

 

 

 

 

Je me dirige fugace au jardin de la vie

Pour cueillir preste les fruits des  passions

Et le calme me pourchasse, là  enlaidi

Pourquoi rester seul,  amant de la satisfaction

 

Dans la vallée de mes illusions secrètes

S’est présentée l’image  de mes rêves

Qui s’adossent  au  mur de mon imparfaite

Cette tentation brisant  ma monacale trêve

 

Je ne voulais plus, non indéfiniment  plus

Parcourir ce monde des grands amours

Qui atrophient  votre âme à jamais repue

De la cueillette des promesses qu’ils savourent

 

Je voulais quitter ce chemin épineux

Qui avait blessé mon esprit  langoureux

Je voulais retrouver un  manége affectueux

Qui m’entraîne à  un jugement  audacieux

 

Mais la belle image,  mirifique image

Au fond de la vallée de mon interdit

M’a tendu tous ses secrets dans son sillage

Pour m’abreuver d’une nouvelle embellie

 

Obstination  de mon être de ne vouloir

Participer à la fête de cet été de mes sens

Je me suis renfermé  autiste de mes devoirs

Sur le plat de mon cœur de ne plus être essence

 

Mais soudain la lumière de son soyeux profil

A transpiré  sur mes yeux et mon âme affolée

D’un éclair a surgi  sur mon cœur comme un fil

Qui vous enlace  au sacre  d’une union désirée

 

J’ai laissé chanter les oiseaux de ce  paradis

Pour qu’ils m’accompagnent d’un brin  de sécurité

Et qu’ils m’aident à la sarabande du bon semis

Celui Qui engendre les amours  inspirés et avérés

 

Je m’en suis retourné fier de ma dualité nouvelle

Et j’ai refait mes gestes d’antan comme prouesses

Celles que mon image réalité embrasse  en ritournelle

Pour notre bonheur et notre rituel des nobles sagesses

☼₣€

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans amour premisse
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 12:48

 

926679357_cfcfc68060.jpg

 

 

La vie est un long, bien  long chemin

Que l’on entreprend au lever du matin

Nous partons à la conquête de victoire

Qui nous conduisent  vers la gloire

 

Harnaché de l’arme de notre volonté

Ravitaillé  par notre bonne raison

Nous marchons en toutes saisons

Vers des horizons au loin inespérés

 

Sur la grande voie de l’éveil chaotique

Nous rencontrons sauvage  la privation

Les relents d’amertume, la désolation

Qui nous accable, pauvre  hystérique

 

Nous accumulons   certes des défaites

L’insanité surgit pestiférée  de la putritude

De ces  esprits  qui rejettent notre certitude

Et nos armes plient  au joug des esthètes

 

Mais convaincu  du bonheur des plaines

Nous  revenons  rejoindre les soleils

Qui garantissent   l’épisodique d’un sommeil

Pour notre esprit se reposant  de pensées saines

 

Il nous restera de choisir entre bien et mal

De s’enrichir des victoires et des défaites

De prendre le naturel ou le surnaturel en peines

Pour atteindre  la fin du chemin en bon vassal.

 

Les petites erreurs causent  de grandes peines

Alors appréciez tous ces  petits plaisirs qui parsèment

Le profit éternel de votre vie du  bonheur pérenne

☼₣€

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Bonheur
commenter cet article
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 14:58

2880625679_0e30e2821f.jpg

Je cherchais le bonheur

J’ai trouve le malheur

Une chance sur deux¨

 

Me dites-vous dans les yeux

Comme pour chacun de nous deux

Alors tu  courus prendre  bonheur

Mais mon cœur s’affilia au  malheur

J’avais une chance sur deux

 

Toi tu en fis le plein, sans peine sans nous deux

Celle-ci Je ne sais pourquoi elle me fuit

Je voudrai tant qu’elle me sourie

Et si la chance c’était celui, tiens! Si c’était toi

Qui m’’offrirai une chance, ô ma foi

Je te promets a tout coup tu gagnerais

Alors tente, tu ne risques rien

Tu le sais mon cœur est déjà ton bien

Là s’y trouve la grande plaine du bonheur

Tu as de la chance, y venir coucher là

Cajoler par  un désir gros comme çà

Tu ne peux l’ignorer

Esquisse un baiser me voilà.

☼₣€

Repost 0
François.CRETEAU Creteau François - dans Bonheur
commenter cet article

Présentation

  • : Bouquet de poésies
  • Bouquet de poésies
  • : l'histoire d'une vie de poète au jour le jour, tout est instant de poésie, le passé de ma jeunesse en Lorraine , celui vécu pendant 30 ans vécu sur l'ile de la Réunion , mais plus encore la vie amoureuse c'est quoi? tout autant le ce qu'ont été, ce que sont, ce que seront mes pensées, mes joies, mes inquiétudes mes désirs ; le monde d'hier, le monde d'aujourd'hui , le monde de demain
  • Contact

Recherche